Artistes de référence

Arcabas


Arcabas

Arcabas (de son vrai nom Jean-Marie Pirot) est né en 1926, diplomé de l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris, il a enseigné longtemps en France et au Canada et pratique toutes les formes d'art plastique, la peinture bien sûr mais aussi le dessin, la gravure, la sculpture, le vitrail ou la tapisserie

Arcabas : le site


Arcabas :
Saint-Hugues-de-Chartreuse et autres oeuvres

de François Boespflug

Saint-Hugues-de-Chartreuse est un petit hameau situé au cœur du massif de Chartreuse, à vingt-cinq kilomètres de Grenoble. L'église, de style néo-roman, est construite par les Chartreux en 1860. En 1952, quand Arcabas arrive à Saint-Hugues, le bâtiment subit les dommages de l'humidité : charpente et toiture sont en réfection. L'artiste propose de décorer gratuitement l'intérieur de l'église. Une aventure artistique de trente-huit ans va ainsi démarrer. C'est la plus importante œuvre monumentale du peintre. Elle a fait l'objet d'une donation au Département de l'Isère en 1984. Eglise et musée, Saint-Hugues-de-Chartreuse constitue une réalité multiple : église paroissiale et " résidence d'une centaine d'œuvres. La cohabitation est naturelle. Le lieu accueille chaque année des milliers de visiteurs.

L'auteur
Né en 1945, dominicain, François Boespflug est professeur d'histoire des religions à la faculté de théologie catholique de l'université de Strasbourg. Spécialiste d'iconographie chrétienne, il est l'auteur d'une thèse sur les divers problèmes de la représentation de Dieu dans l'art. Il enseigne aussi au Centre Sèvres (Paris) et co-anime un séminaire sur la Bible moralisée à l'Institut de recherche et d'histoire des Textes. Il vient de publier Dieu et ses images. Histoire de l'Eternel dans /art aux éditions Bayard et 100 lieux pour raconter l'histoire des religions aux éditions Aubanel.

» disponible chez Amazon

Peinture, jus nerveux : en odeur de sainteté.
Arcabas

par Jean-Paul Gavard-Perret

Arcabas, rétrospective, Musée des Beaux Arts de Chambéry, 20 septembre 2008 - 5 janvier 2009

Couronnement - Psaume 150A

En France on aime beaucoup l’art qu’on ne voit pas tant il est simplement décoratif. Comme on ne la regarde pas, l’amour qu’on lui porte est immense. L’amour qu’on porte à l’œuvre de Arcabas est immense comme certaines de ses réalisations. Les petits princes de la République laïque ou religieuse aiment cette œuvre des saints auréolés d’une déférence de principe. Pour les contemporains la préférence va en effet souvent vers les vaticinateurs pompiers, les grands manitous atmosphériques et les apologistes attendris par la botanique Au bout pointe aussi dans la cas d’Arcabas l’adoration pour  des clones clownesques du peintres : des angelots mélancoliques ou protestataires.

L’artiste d’origine lorraine reste le parangon de la réussite. Il est  même devenu un spécialiste hexagonal des réalisations monumentales. Grâce à un ami architecte qui lui mit le pied à l’étrier son succès ne s’est jamais démenti : lycées et églises sont friands de ses œuvres.  Une page ne suffirait pas à énumérer ses réalisations (toiles,  vitraux, fresques). Il en va de même des ouvrages illustrés par ses soins. Arcabas a su en effet trouver un style et une scénographie apaisants. Il est le peintre de l’onguent (plus que du recueillement). A travers  ses œuvres un public scolaire ou religieux dédouble ses ombres au sein  d’une danse colorée, d’un appel muet vers l’espoir d’un seuil à  franchir mais dont le passage est comme interdit et nous ramène à la  clôture - ou si l’on veut du pareil au même.

Arcabas joue avec un vertige d’éternité auquel il répond en sachant  jouer sur des effets de frêles abstractions et d’une figuration  vaguement poste cubiste. Dans ses portraits existe l’attente d’un  changement, un passage espéré. Dans l’œuvre les regards indiquent pour   beaucoup une tentation de présence mystique mais qui résonne en creux. Il n’empêche que de telles œuvres plaisent. Elles s’inscrivent dans un  univers qui acclimate le regard à un univers qui semble franchir les  limites de la vision traditionnelle mais qui la restaure simplement en  la dépoussiérant un peu. Surgit une feinte de pénétration du regard en  un lieu qui n’est plus à l’extérieur d’une frontière mais dedans. Dès  lors, le spectateur pressé peut avoir l’impression d’accomplir un pas  au-delà : ce n’est qu'un pas en-deçà vers quelque chose qui n’a plus  rien à voir avec un dépouillement mais qui ne représente qu’un  exotisme religieux.

A l’étrangeté espérée et explosive qu’appelle l’art répond chez  Arcabas ce qui dérange le moins possible. Avec une telle œuvre, l’inconscient - éternel traître ? - n’est jamais pris à revers par le  corps : Lotte, Luc, Tobie et les autres constituent une bande dessinée sainte qui tombe dans le cliché. Ne reste de l’image qu’un aspect pieux. Et il y a bien loin à cette iconographie factice de la passion  à celle qu’en ont donné par exemple hier Dali et aujourd’hui Mariette.
L’âcreté, l’amertume, la douleur est colorisée afin que le croyant en  jouisse là où le réel butte sur une histoire archi connue et en rien renouvelée.
Lorsqu’Arcabas s’amuse en de petits formats, cela change un peu. « Un œuf est un œuf », « les pinces à linge » font tomber du décor à un  espace nu. Mais cela reste des exceptions à la règle que s’est fixé le  peintre de ne jamais arracher l’image à l’image. Il oblitère tout  effet de re-présentation pour demeurer en une représentation. Il ne fait que dupliquer du semblable et ne provoque aucun saut ou éclat.
Arcabas ne désaxe pas notre assise, notre sécurité. Bref il nous  rassure. Parce que la profondeur est en tout il n’a de cesse non pas  d’offrir (comme un Sam Francis par exemple) une extension à la peinture mais à sa limitation. Il est de ceux qui cernent. Les contours sont pleins d’un brouet  mystique mais ils font barrage à tout débordement. Dans l’autoportrait  du peintre comme dans ses multiples figurations religieuses ne  demeurent que des symboles (hâtifs plus qu’actifs) d’un murmure sans  dilatation, d’une définition précise afin d’installer le croyant dans  sa coquille. De la soupe cosmique ne reste que l’amorphe coloré. Jamais une telle figuration n’extrait de la pure illusion et de la simple la transgression. Le spectateur n’est jamais invité à passer la  limite de son ignorance, d’accepter le saut vers ce qui échappe. Il ne  fait que regarder des images pieuses. Rien n’angoisse la vision.  Tournant toujours autour d’une rencontre décalée, différée, les images  d’Arcabas reconduisent loin des périls d’une traversée. Le seuil reste  chez lui un leurre, une feinte de jouissance. Le cri de Marie, les  douleurs des Saints tiennent la pose. Leur matière suppliante reste  pur spectacle, source plus d’admiration que de déchirements. Tout  demeure une histoire de fantômes en équilibre au dessus du vide. Une  telle œuvre ne possède ni nerfs, ni viscères, ni vaisseaux. Donc elle est en absence de chair et des os qui nourrissent la peinture. Dans  les visages angéliques peints pas l’artiste ne demeure qu’une « volonté de Verbe divin ». Il est rarement question d’instinct : celui  de la survie qui impose parfois de passer par d’autres « voies » que  celles indiquées par l’artiste. Ce ne sont pas toujours des dieux  qu’il nous faut (surtout dans leur version pieuse illustrée par l’artiste). A force de nous vouloir leurs inconsolables, Arcabas en a  oublié le flamboiement de l’être en ce monde. N’est-ce pas là le  danger de son œuvre et de ses visages : par trop de sagesse et de grâce nous faire mourir idiots ?

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.