Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Basse

Jacques Basse

jacques basse autoportrait
Jacques Basse - Autoportrait

Jacques Basse : le site


Cent énigmes de la peinture
de Gérard-Julien Salvy

Depuis des siècles, le langage de la peinture est riche en énigmes ou équivoques mystères du modèle ou de la main à laquelle on doit l'oeuvre, incertitude quant à l'identité du sujet, incohérence de sa représentation, contradiction troublante entre le titre du tableau et ce qui est montré, jeux illusionnistes liés aux vertiges du regard et au contenu crypté. Ce livre dévoile cent de ces secrets. Au terme de sa lecture, vous ne regarderez plus les tableaux comme avant!

»  Amazon



JACQUES BASSE LE PASSEUR : DEVISAGEMENT DE L'IDENTITE 

par Jean-Paul Gavard-Perret

:

 

Jacques Basse - Extrait de "Portraits de poètes"

jacques basseJacques Basse est un des artistes les plus discrets que l’on puisse rencontrer. Il met son art du portrait au service des autres plus que de lui-même. Dans son travail d’offrande il sait donner à voir une vérité qui n'est pas d'apparence mais d'incorporation. En particulier dans ses Anthologies I, II, III, IV où il crée  en une grande fresque esthétique des poètes et des écrivains de son temps. Il ne joue pas pour autant le chasseur de têtes qui voudrait accrocher à son palmarès les écrivains exposés ou surexposés. A l’inverse il retient tous ceux qui ne sont pas forcément sur le devant de la scène. Il choisit ceux qui dans leur coin - parfois leur solitude - font avancer la langue à leur rythme et selon leurs propres lois. Bref Jacques Basse s’intéresse plus aux irréguliers de la langue qu’aux préposés à la médiatisation. C’est d’ailleurs pourquoi son anthologie est précieuse.

Mais il y a aussi une autre raison plus importante encore. Chaque écrivain est plus dans qu l'image. S’intéressant au visage comme miroir de l'identité caché, l’artiste en donne la "visagéité". Partant pourtant de photographies en tant que base le créateur fait éclater les masques. A l’écrivain toujours peu ou prou en en quête d'identité il arrache la fixité du visage pour en souligner et faire émerger l'opacité révélée d'un règne énigmatique.  Les traits de Jacques Basse accentuent le dedans d’une existence prisonnière. Chaque portrait s’appuie sur le jeu des dégradés de gris où balbutient des ombres  d'un "qui je suis" qui viendrait enfin torde le cou au "si je suis".

Jacques Basse remet donc en cause la question du portrait et de l'identité par un  travail de fond à travers les "occurrences" des écrivains. Il prouve comment le visage à la fois "s'envisage" et se "dévisage". Il prouve aussi que l’art apporte un supplément de réalité.  Cette métamorphose s’instaure par le jeu de manipulations que l’artiste organise en sa stratégie de préparation. De ce travail d’épure chaque portrait surgit en ne dévoilant qu'à demi ses courbes afin que ses hauteurs d’ombres miroitent par effet de creux et de saillances L’artiste épie les instants de lumière et les sursauts de vie. Dès lors et en chaque dessin demeure un frémissement qui disperse le sombre mais pas la part d’ombre puisque celle-ci décide encore d’une aube.

L’ensemble des portraits n’est pas un patchwork mais un acte de foi. Plus particulièrement en faveur des "amasseurs de vies" capables de souligner par leurs mots les gouffres sous la présence et de faire surgir des abîmes en lieu et place des féeries glacées.  Jacques Basse franchit un seuil en nous faisant passer de l'endroit où  tout se laisse voir vers un espace où tout se perd pour approcher une renaissance incisée de nouveaux contours. Il y a là cristallisation, scintillation étrange. C’est pourquoi il faut savoir contempler de telles oeuvres comme un appel à une traversée afin de dégager  non seulement  un profil particulier aux visages mais au temps et plus particulièrement à celui que Proust nomma  "un peu de temps à l'état pur". 

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.

Fnac_expos2_728.gif