Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Ben (Ben Vautier)

Catalogue de l'exposition "Ben, rétrospective" présentée au musée d'art contemporain de Lyon (3 mars - 11 juil. 2010).

» Amazon




BEN : PORTRAIT DE L’ARTISTE EN MAÎTRE PLIANT

par Jean-Paul Gavard-Perret

Lyon, jusqu'au 11 juillet 2010
Ben envahit le macLYON avec ses peintures, installations, textes, vidéos... 50 ans d’activité : la 1ère exposition qui présente enfin tout Ben, depuis ses débuts dans l’esprit Fluxus jusqu’aux créations les plus récentes.

 

ben à lyonIl faut pénétrer de mauvaise foi par des portes grandes ouvertes par Ben afin de constater les états toujours provisoires de ses activités iconoclastes même si elles sont devenues , au moins dans leur graphisme , l'exemple parfait de la récupération sous couvert de produits dérivés. Ben symbolise à travers eux ce que Folon puis Keith Haring étaient devenus en leur temps. La comparaison s'arrête là. Car il existe chez Ben une fonction de l'art très particulière même lorsqu’elle sert de support aux illustrations trousses d'écoliers ou d’agendas de l'année et que ses mots noirs sont en rien mots roses.

Ben est un vieillard indigne, résolument joyeux et bruyant. Sa vieillesse dégingandée prouve une jeunesse d’esprit. Il l'apprit aussi bien chez César que chez le Facteur Cheval. Sa maison ressemble « en pire » à celle de ce dernier. Elle reste plus efficiente que la « Demeure de Chaos » qui est considéré comme un chancre de la banlieue chic lyonnaise. L’exhibition chez Ben n’a rien de « bunkerisée ». Il préfère le strip-tease et le strasse. Tout chez lui illustre avec force et humour la lutte contre l'absurdité des sociétés et leur abus de confiance. L’artiste profite d’ailleurs habilement de l'attention que lui portent désormais les institutions. Il leur donne autant de grain à moudre que de fil à retordre. Avec lui le ver est dans le fruit même si le premier ver donne une saveur particulière au sirop qu’on tire du second.

On a beau taxer l’artiste de gâtisme il ne cesse d’inculquer l’indiscipline à ceux qui , les yeux exorbités , bavent de plaisir ou de colère devant ses ménageries kitsch. Pour certains il est essoufflé voire étouffé par son discours répétitif (ce qui reste à prouver). Pour d’autres il représente l’ébouillanteur assermenté d’un art fatigué et dont la longue expérience du créateur souligne chaque jour un peu plus la facticité à coups de mauvais goût porté à haute température. Facilement irritable et fâché, mais généreux aussi, Ben place ses oeufs carrés où il n’ont rien à faire : sur des porte-pipes ou entre les branches du râteau d’une antenne de télévision. S’il y a des lustres dans ses buissons d’épine c’est afin de créer des écoles professionnelles pour les corbeaux qu’ils empoisonnent au passage en mettant du plâtre sur du gui . L’artiste tel un lapin obèse loge dans les chapelles de l’art où des dames aussi âgées que lui dorment sous des ombrelles trouées comme des passoires et où l'enfer se pave de bonnes enventions..

Bref,  si Ben n’existait pas il faudrait l’inventer. Son oeuvre ne remplace pas la vie, elle la double pour en retrouver l’extase. Son placenta graillonne parmi les dorures en stuc et en stock. Il provoque d’horribles éblouissements nécessaires à cœurs et à cris. Tels de plaisants boomerangs ils nous font glousser lorsque nous les recevons en pleine poire. Ce n’est pas si fréquent. Et si l’artiste opère ainsi il ne s’agit pas pour autant afin de nier l’art mais juste pour détruire ses couleurs locales ou mondiales. Tous ses arsenaux ne sont là que pour un but : par sabordage ils multiplient l’exaltation du plus proche : à savoir  l’inconnu. Ben nous dépossède de nos torpeurs communes. Il crée des remontoirs bricolés pour des horloges de sable afin que nous restions libres et insoumis. Et c’est ainsi qu’il demeure un pédagogue. Il sait que l’avenir est aux illettrés de l’art mais pour qu’enfin ils s’intéressent à lui.

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.