Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Martin Bruneau

Martin Bruneau
le site


Mirondella
galerie d’art en ligne

;

Exposition permanente
Expositions thématiques

candidature : info@arts-up.info


Art-thérapie : La peinture qui guérit
Michèle Curinier

Sous la forme d'un bref récit poétique, mêlant son itinéraire à celui des personnes qu'elle accompagne, l'auteur nous initie à la pratique de l'art-thérapie, ici la peinture thérapeutique. Elle nous montre comment l'acte créateur bouscule le fondement même de l'être. Le geste nécessite une liberté intérieure qui ne peut être fabriquée par la pensée. Il s'agit d'un chemin à parcourir où les sens nous ouvrent à la créativité et à la spiritualité. Le corps, le mental et l'âme peuvent s'accorder, faisant sauter les verrous de la dualité qui nous morcellent. Si la voie thérapeutique conseille de regarder ses blessures pour mieux les surmonter, c'est en reconnaissant les forces qu'elles ont fait naître en nous, que nous pourrons guérir et retrouver la vie. C'est dans une approche multidimentionnelle de l'être humain, une approche moins fragmentée de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité, que l'on peut retrouver la joie en nous, l'élan vital qui guérit le corps et l'esprit, conduisant à notre véritable " moi ".
» Amazon



LES ILLUMINATIONS DE MARTIN BRUNEAU

par Jean-Paul Gavard-Perret


Repas fond rose, 130 x 150 cm, 2010 huile sur toile
bruneauMartin BRUNEAU, « Le bruit des verres », Exposition du 8 janvier au 26 février 2011, Galerie Isabelle Gounod, Paris 3ème.

En choisissant de peindre un repas entre amis, Martin Bruneau transforme un thème classique, un sujet inscrit dans le quotidien et à partir de photographies prises il y a quelques années. Toutefois le travail pictural ne se veut en rien réaliste et encore moins hyperréaliste. Il ne se veut pas non plus portrait de groupe ou commémoration d’une intimité perdue. Martin Bruneau (artiste canadien « exilé » à Autun )  entraîne sur de fausses pistes en disant peindre ces repas « avec les moyens du bord, c’est-à-dire avec les maladresses et incompétences qui sont les miennes et qui sont celles propres à toute représentation non mécanique. Le « réel » se situe peut-être dans ces maladresses et approximations ? ». De fait l’artiste, inconsciemment - si l’on en croît son affirmation – ou non, va beaucoup plus loin que les adeptes américains de la « Bad Painting ». Entre autres qu’Eric Fischl  dont le tableau d’une femme tombant d’une des tours de 11 Septembre fut interdit d’exposition ou encore que Wayne Thiebaud dont l’artiste reste toutefois assez proche quant à ses thématiques. Mais celui-ci  pose beaucoup plus la question de la peinture que celle du réalisme.
L’artiste parvient à créer des illuminations par son langage plus que par  la charge symbolique ou métaphorique que contient malgré tout ses œuvres dans lesquelles  l’appauvrissement affectif  de la société reste présent. Le sentiment de  maladresse et de gêne que le peintre dit éprouver devient une expérimentation face à des évènements émotionnels aussi simples que profonds. Des images les plus simples par effet de couleurs, matières et traits surgit une atmosphère quasiment plus onirique que réaliste. L'imaginaire et la technique du peintre vont vers une concentration de l’émotion dans une sorte de recueillement. Plus que nourritures terrestres les aliments présents sur la toile deviennent de nature spirituelle. Les pigments, leur façonnage créent une présence quasi immatérielle : tout échappe au lisse et au silence. Quelque chose vibre par la matérialité de la peinture. Le thème n’est plus qu’un prétexte à une forme de prière particulière au rassemblement même si la peinture ne s’embourbe jamais dans la psychologisation par une présence humaine.
Le naturel et l’indépendance de la picturalité sont ici essentiels.  Ils rompent et dérangent le ronronnement de l’art dans les bégaiements de sa destructuration de façade. Bruneau a dépassé ce stade infantile. Depuis longtemps il est entré en un âge de raison. Il défend la peinture en la prenant pour ce qu’elle est en ce battant avec. A ne pas faire comme tout le monde  l’artiste prend le risque d’être reconnu par personne (ou trop peu) mais il s’en fiche. Il crée des masses aussi lourdes que gazeuses dans lesquelles sous l’apparent brouillage rien ne manque au niveau de l’essence de la peinture. Si le regard de Bruneau sait rencontrer des espaces intimes ses gestes savent les restituer avec une forme de concision et d’enchantement. Au pittoresque, à la variété l’artiste préfère la lenteur des approfondissements. Ils obligent à se frayer de nouveaux chemins au sein de la réalité la plus simple comme dans une forêt vierge.
Et là où certains pourraient croire à un conformisme  se découvre une liberté qui détourne des étiquettes. Même la « Bad Painting » ne pourrait donc que réduire la force et l’individualisme de l’œuvre. Elle possède un point de vue non seulement sur la vie mais sur la peinture et s’y tient. Qu’importe les possibles malentendus :  il faut se laisser prendre par les « maladresse » et « approximations » que Bruneau revendique car il est pressant de dessiller les yeux des bien pensants qui s’obstinent à voir en sa peinture une simple composante du réalisme. Le réel n’a d’intérêt en peinture que s’il est comme le peintre le propose : re-présenté en réinterprétant ou en jetant cul par-dessus tête un certain nombre de règles.

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.