Artistes de référence

Johanna Diehl

Johanna Diehl
»  le site


Mirondella
galerie d’art en ligne

;

Exposition permanente
Expositions trimestrielles

Candidature : info@arts-up.info


Un livre indispensable
pour vendre ses photos


Il s'agit d'un annuaire des magazines généralistes et des agences photo au niveau mondial, qui indique pour chaque entité : - Le type de photos dont ils ont besoin (thématiques...) - Les tarifs pratiqués - Les besoins annuels - Qui contacter, et que mettre dans l'enveloppe ou l'e-mail (CD-rom avec 20 photos, enveloppe avec 10 tirages...)
Sur plus de 600 pages, on y apprend tous les détails, qui vont du délai de réponse lors de l'envoi d'un portfolio, aux formats et résolutions souhaitées... Bref, un ouvrage indispensable pour le photographe qui souhaite être publié. Ce livre est une véritable bible pour tous ceux qui cherchent à vendre des photos issues de leur catalogue. L'inconvénient pour certains est qu'il est rédigé en anglais. Cependant, celà vaut vraiment le coût de s'y plonger. C'est l'occasion d'entrer en lien direct avec les acheteurs d'images de milliers de magazines internationaux, et de centaines d'agences spécialisées.

» disponible chez Amazon.fr


JOHANNA DIEHL : POETIQUE DES RUINES
par Jean-Paul Gavard-Perret

Johanna DiehlJohanna Diehl, « Displace“, Galerie Wilma Tolksdorf,  Berlin, Février avril 2010.

Johanna Diehl est une des photographes les plus intéressantes de sa génération. Elle vient faire sa première exposition solo à la Galerie Wilma Tolksdorf de  Berlin où elle a présenté des oeuvres tirées de sa série  "Displace". Cette série montre le vide plus que le plein au sein de lieux de culte désaffectés  : mosquées ou églises en ruines. Cette série a été réalisée  en  2008 et 2009. La photographe allemande était à Chypre pour un projet de la « German Academic Exchange Service ». Ces œuvres racontent l’histoire du conflit qui depuis 35 a divisé l’île et sa capitale Nicosie en deux parties. Même si la frontière a été récemment ouverte,  les deux côtés de l’île gardent les traces de décades du conflit : vilages abandonnés, maisons détruites, lieux de cultes où traînent encore parfois des tapis de prière.

Le titre  "Displace" suggère l’absence de figuration humaine en de tels clichés. Certes ça et là quelques silhouettes apparaissent. Mais chaque prise montre comment une histoire interfère sur l’autre. Les lieux sacrés orthodoxes et musulmans sont réduits mutuellement à une vacuité sous la pression de l’histoire. Diehl ne commente rien. Ses images parlent d’elles-mêmes avec une rigueur saisissante dans la lignée de lécole de Leipzig où l’artiste à fait ses classes sous la direction de Tina Bara.  L’artiste sait repérer les éléments narratifs d’une histoire sinon chaude du moins encore tiède. Elle exacerbe mais de manière froide la déviance que prennent des significations initiales. Des graffiti recouvrent par exemple les icônes primitives et originales et tous les clichés témoignent des métamorphoses sacrilèges opérées par les vainqueurs vengeurs  sur les lieux de culte des vaincus.

L’artiste les capte dans les moindres détails. Ils prennent parfois une valeur surréaliste dans le contexte. Dans la quête des propriétés spécifiques de son médium et en une vision parfois proche du constat Johanna Diehl  traduit en images la conscience aiguë d’appartenir à une époque surgie des ruines d’une guerre de religion fratricide.  Le recours à l’appareil photo n’est pas un facteur dévalorisant mais au contraire il est revendiqué et exploré comme seul témoin ou seule source d’un regard neuf sur le passé.  Les épreuves font  émerger la beauté et le mystère de lieux déterritorialisés de leur valeur sacrée à travers une objectivité que seule reste capable de rendre l’appareil photographique. Alliant les deux principes fondamentaux de la modernité : objectivité et fragmentation, l’artiste engage la photographie  vers la construction d’une langue visuelle collective, universellement compréhensible et qui se voudrait facteur de réconciliation et non d’opposition sous les voûtes mêmes des ruines musulmanes et orthodoxes.

On peut donc parler à propos de l’œuvre de Johanna Diehl d’une photographie sociale et politique. Sans aller jusqu’à ce que Lotte Jacobi nomme  « La photographie orientée »   il existe chez la jeune allemande une dimension critique au monde tel qu’il est et tel qu’il fut laissé. En une forme d’abandon, de mépris par rapport à tout ce qui se fait de branché sur le marché de l’art photographique, sans souci pour  le style, l’artiste est un  électron libre au sein d’un univers plus souvent happé par  la mode. De fait, et en dépit de ce qui a été précisé plus haut, il reste difficile de la classer dans une quelconque  catégorie, caste ou mouvance. Johanna Diehl  poursuit son chemin de traverse empreint d’une fluidité méditative  qui ne bascule jamais dans une emphase visuelle.

Capable d’établir des ponts entre divers apports a priori inaliénables comme entre deux cultures opposées, elle  réussit à créer un langage photographique à la fois atonal  mais envoûtant. Par son travail elle cherche à interroger la perception que l'on a de l'image et de la réalité. Par ailleurs, toujours prête à expérimenter Johanna Diehl n’a cesse d’explorer différents médiums afin de finir par offrir une suite de polaroïds du monde. A travers ses œuvres on croit le reconnaître mais il se dérobe. Mêlant intuition sensible et procédés optiques sa photographe dans « Displace » nous apprend à regarder de manière intelligente  le réel.  Elle permet de découvrir et d’explorer l'alchimie d'une photographie capable de fixer par l'éphémère des stgmates de réalité dont le langage particulier n’offre que peu de prise à la récupération.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.