Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Claude Garache


Guide juridique et fiscal de l'artiste :
s'installer et choisir son statut, promouvoir et protéger son oeuvre
de Véronique Chambaud

Véritable vademecum de l'artiste, cet ouvrage s'adresse à tous les peintres, graphistes, sculpteurs, illustrateurs ou photographes qui souhaitent vivre de leur création.
»  disponible chez Amazon

GARACHE : ROUGE FEMME

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Depuis des décennie et  à partir de milliers de modèles Garache peint un même nu en quatre cadmiums rouge. Le regard des "muses" de l'artiste demeure toujours masqué. Preuve que l'identité ne passe pas par le visage et la mentalisation qu'il provoque. La femme est ses lignes et ses poses dans une matière qui vibre en restant le langage propre - presque et volontairement redondant - de la carnation.

Dire comme Marie Du Bouchet le fait que ce "corps est un paysage" est un peu trop vite le chosifier ou provoquer par une définition trop de malentendus. Car moins qu'objet le corps est sujet. Sujet éminent. Il rattache le peinture à son éclat, sa fascination, son danger. On est tout aussi loin de la vulgate érotique que des élévations offertes à la femme surréaliste par la femme elle-même (Prassinos en tête). La gestion du corps répond à une autre économie. Le corps féminin reste à l'inverse de ce qu'il est par exemple chez Bellmer. Avec Garache il n'est pas déconstruit, décomposé et encore moins détruit au nom d'une angoisse qui demeure cachée.

Avec Garache les femmes ne sont ni officiantes ni prétextes, elles constituent l'approche incessante du mystère féminin. Chaque toile devient un hiéroglyphe de leur nature profonde : celle non de la nuit noire sexuelle mais de la braise du premier feu du monde. La femme devient ainsi l'espace tout entier : pour preuve elle envahit tout le tableau. Sans elle pas de peinture. Pas de rouge émis. Sans elle pas plus de salut. Ce qu'on aime dans la peinture de Garache et ses effets de surfaces c'est donc ses profondeurs insondables, le lieu jamais atteint.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.