Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Isabelle Giovacchini 

Isabelle Giovacchini 
» le site


DVD
Lignes, Formes, Couleurs
par Alain Jaubert

Une série documentaire pour comprendre l'histoire des techniques de la peinture par Alain Jaubert, auteur de Palettes. Mettant à profit toutes les possibilités offertes par les nouvelles technologies, la série Lignes formes couleurs revendique une approche encyclopédique de l'histoire des techniques de la peinture. Chacun des films de Marie-José et Alain Jaubert explore les plus grands chefs-d'oeuvre de la peinture sous des angles méconnus. L'occasion de regarder autrement de célèbres tableaux de maîtres analysés dans leurs moindres détails.
» disponible chez Amazon


En novembre 2006, un tableau de Jackson Pollock, toile n°5 1948, atteignait le prix record de 140 millions de dollars. En septembre 2008, Damien Hirst court-circuitait les galeries et proposait directement aux enchères 218 de ses oeuvres. Au final ? Un chiffre d'affaires de 120 millions de dollars. Entre janvier 2004 et 2009, la cote des artistes chinois s'est accrue de 416%. Par quelle alchimie un morceau de toile, une installation peuvent-ils valoir plusieurs millions d'euros ? Contrairement aux biens usuels, pour lesquels la valeur dépend de caractéristiques essentiellement techniques, la valeur d'une oeuvre d'art contemporain résulte d'un jeu complexe d'interactions entre différents acteurs : artistes, galeries, conservateurs, commissaires d'exposition, collectionneurs, critiques, dont les actions et les choix sont perçus comme autant de signaux attestant de la qualité de l'oeuvre. Le talent, bien sûr, mais aussi le hasard et les stratégies se mêlent pour donner naissance à des hiérarchies de valeurs, qui font in fine l'objet d'un relatif consensus. Cet ouvrage propose de décrypter les rouages d'un marché généralement considéré comme le temple de l'irrationalité.

Nathalie Moureau est maître de conférences à Montpellier-III et membre du Lameta (Montpellier-I). . Dominique Sagot-Duvauroux est professeur à l'université d'Angers et directeur du GRANEM. Iils ont publié ensemble de nombreux articles et ouvrages sur le marché de l'art.

» disponible chez Amazon


ISABELLE GIOVACCHINI : EFFACEMENTS, EVANOUISSEMENTS, APPELS

par Jean-Paul Gavard-Perret

 


Giovacchini Isabelle Giovacchini,  "Vanishing Point",
du 12 mars au 23 avril 2011 
Galerie Isabelle Gounod, Paris.

Armée d’une culture impressionnante et d’une sensibilité pointue Isabelle Giovacchini poursuit une recherche expérimentale des plus poussées. Ses résultats revêtent une beauté (il faut oser le mot) rare. Dans sa « Note d'intention » l’artiste précise : « Bâtie selon une démarche régressive et déconstructive, ma pratique, expérimentale, s’efforce en premier lieu de saisir avec précision le point extrême où il est encore possible d’inscrire une forme, aussi ténue soit-elle, sur une surface. En cela, elle révèle les zones d’aberration des procédés techniques qu’elle convoque et des mécaniques qu’elle intègre ». Toutefois la démarche n’est pas si « régressive » que l’artiste l’affirme. On préfèrera définir son approche comme transgressive .

Dans ce travail l’aberration n’est jamais fortuite. Elle joue un rôle de capteur d’une indétermination jusqu’au point où l’image ne figure pas et où le discours est réduit à une sorte de silence. Deux de ses premiers travaux l’illustrent parfaitement. Avec son « Miroir noir » (2005) qui donne à voir la psyché dont les deux miroirs ont été photocopiés puis remplacés par les images obtenues à savoir deux monochromes noirs ou si l’on préfère une forme d’absence d’image. La même année l’artiste présentait avec « Notes » la relecture d'un livre dont le texte original est effacé. Ne demeure que les annotations d’un lecteur antérieur. Ne restent du livre et de son texte que des pages parsemées de traits et parfois un mot griffonné.Mais qu’on ne s’y trompe pas.

Certes l’aspect ludique est bien présent. Mais il a pour but d’explorer l’espace livresque comme le langage. Ce dernier redevient un matériau. Il permet la création de livres « objets » mais dont le but est de faire surgir de paradoxales images- à la texture textuelle. A partir par exemple des « Exercices de style » de Raymond Queneau, du « Scarabée d’or » d’Edgar Allan Poe, des « Carnets du sous-sol » de Dostoïevski, de « La sonate des Spectres » d’Auguste Strindberg surgissent des œuvres qui prouvent la passion de l’artiste pour la chose écrite mais aussi sa volonté de pénétrer les systèmes de codification. Isabelle Giovacchini les déporte vers un point où le sens est métamophosé en système d’interrogations insondables et de transgression. « Ecceirxs de sltye” à partir de Queneau est significatif de ce processus. Dans cette œuvre les lettres de chaque mot sont rangées dans l'ordre alphabétique, à l'exception de la première et de la dernière. L’objectif est précisé par l’artiste .« Cela reprend une théorie selon laquelle n'importe quel mot reste lisible tant que sa première et sa dernière lettre restent à leur place ». Quant à sa vidéo « La sonate des spectres » elle propose une double transposition de la pièce de Strindberg. Le texte est retranscrit en sténo. Ils sont intégrés à un montage vidéo de façon à restituer la chronologie du texte.

Tous ces systèmes de croisements et de brouillages entre différents éléments qui appartiennent à l’histoire de la littérature et des médiums ou des matières sont autant de pistes que l’artiste expérimente dans une stratégie à la fois sobre, voire minimaliste qui donne à toutes ses œuvres une impeccabilité saisissante dont le potentiel est immense… Et Isabelle Giovacchini ne cesse de pousser chaque fois le bouchon un peu plus loin. « Révérences » a été réalisé à partir de chorégraphies tirées d’un recueil de danses baroques. L’artiste les a imprimées recto-verso sur des feuilles de papier photographique noir et blanc. Maintenu sous une plaque de verre et exposé à la lumière du jour pendant un long temps de latence, le papier photographique s’est coloré en une teinte violacée au contact de la lumière. Il rend visible l'image latente que l’artiste a ensuite fixée chimiquement afin d’offrir un nouveau ballet visuel à peine visible. Cet effacement de l’image domine en effet l’œuvre. Dans « Quit sit lumen » l’artiste a photographié un musicien jouant de son instrument. Mais les images premières sont quasiment effacées par « maquillages » lors du tirage en laboratoire noir et blanc par un processus manuel .

Quant à la vidéo « sauter le pas » elle filme la minute qui précède le saut de Reichelt à partir du premier étage de la Tour Eiffel. La vidéo est projetée au-dessus d’un cadre photographique métallique vide. Il n’a ni fond ni verre. Ne demeure que sa structure en haut de laquelle les pieds de Reichel la touche. Du saut il ne reste là encore qu’une absence dans un autre système d’apparition disparition. Dans une perspective différente la « Machine philologique » se veut la «traduction» du « Woyzeck » dans laquelle tous les noms communs et noms propres sont remplacés par les mots machin ou machine. C’est là un autre moyen de créer le vide, l’ouverture, la béance par effet de « pantonymie ». « Ratages », éclipses, déliés du lié, litanies somnambuliques, lacunes des lignes discursives comme des images présentent ou re-présentent les stigmates d'un Imaginaire en fluctuation, fait, non pour ériger un monde, mais afin de créer un vide, un vide sans langue mais grouillant de langue qu'elle soit plastique ou littéraire. Isabelle Giovacchini sort ainsi la création d'un univers d'apparition pour - au besoin à l'aide de clos et d'aiguilles comme dans la série minimaliste « Cloués » et celle intitulée « Les parasites » ! - la mettre en péril au seuil de l'effacement. L'œuvre prend une résonance poétique particulière : elle met en question autant la vue que le sens. Les deux s'ouvrent à quelque chose d'insaisissable. Surgit une impossibilité de certitude, de conclusion, de clôture. Ne demeure qu'un flou. Il rappelle que l'être est floué. Et il entraîne le discours vers le silence même lorsque la parole, imprimée dans le « marbre » jurait (jusque là) de se taire .

Avec l'artiste les mots deviennent ce que Beckett en espérait mais selon un autre principe que l'auteur de "Mirlitonnades" et de "Foirades" : "des mots aux mots sans mots". A ce titre Isabelle Giovacchini est une saisissante déconstructionniste. Dans l'oeuvre, ce n'est plus la dynamique du continuum qui s'impose, mais une sorte de vérité du discontinue, de la charpie. Tout reste dans l'informe et la retombée. Ne demeure que le détachement ironique en cette sorte de simplicité délibérément non insignifiante mais mal signifiante qui est le propre même de la subversion dans l'art. En cela l'œuvre est si détonante, dans ses syncopes et ses lacunes. L'image - telle qu'on l'a conçoit - disparaît au profit des vides. Elle cerne un informe à qui elle donne forme et prouve que le vide est autant dans les mots qu'entre eux. Par ses apories ses aposiopèses visuelles l'artiste pulvérise les figures du visible en une sorte d'abstraction. L'artiste devient cet "ôteur" cher à Prigent là où le tout, en étant, n'est pas ou n'est plus.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.