Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Alan Glass

L'artiste et les commissaires :
Quatre essais non pas sur l'art contemporain mais sur ceux qui s'en occupent
de Yves Michaud

L'art n'est plus fait par ceux qui avaient l'habitude de le faire, mais par ceux qui le montrent : gens de musée, fonctionnaires de l'art, collectionneurs, communicateurs et mécènes. Aux artistes se substituent les commissaires : commissaires d'exposition, commissaires à la circulation, commissaires priseurs. C'est le monde de l'art qui fait l'art. L'ouvrage d'Yves Michaud n'use pas de ce constat pour dresser un procès contre l'art contemporain, pas plus qu'il n'y voit le couronnement d'une approche seulement sociologique de l'art. C'est plutôt pour lui la condition actuelle de l'art, l'horizon dont il faut partir pour en parler. Ce qui n'implique pourtant pas un relativisme total. Sans mettre en avant d'a priori esthétique ou moral, ce livre montre que l'art contemporain peut exister tout en s'affranchissant de toute référence à l'œuvre et au public.
»  disponible chez Amazon

L'auteur
Philosophe, membre de l'Institut universitaire de France, Yves Michaud a été directeur des Beaux-Arts. Il dirige actuellement l'Université de tous les savoirs. Auteur de nombreux ouvrages d'esthétique et de philosophie politique, il a notamment publié L'Art à l'état gazeux et Critères esthétiques et jugement de goût.



Enfin ré-édité et mis à jour

La Galerie d'Art
de Marie-Claire Marsan

,

Tout savoir sur les usages de la profession ...

L'auteure
Marie-Claire Marsan, est Déléguée Générale du Comité Professionnel des Galeries d Art.

» disponible sur Amazon



LE MIROIR DU MERVEILLEUX
ALAN GLASS LE DERNIER DES SURREALISTES

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Alan Glass Assemblage, Museo de Arte Moderno, Chapultepec Park (Mexico)
alan glass Grâce aux thuriféraires de leur surréalisme sur le déclin, Breton et Péret, Alan Glass (né à Montréal et qui a la double nationalité canadienne et mexicaine) met sur pieds sa première exposition à la librairie et galerie d'Eric Losfeld puis au Terrain Vague. Nous sommes alors dans le Paris des années 50. Glass  y fait la rencontre de Jodorovski. Il le retrouve quelques années plus tard au Mexique où il est parti après avoir découvert une tête de mort en sucre de ce pays.  Glass y rencontre une des grandes femmes surréalistes Leonora Carrington qui devient sa complice. Débute alors sa grande expérience plastique. Elle se fonde sur le rapprochement d'objets les plus quotidiens dans lequel l'artiste découvre un potentiel poétique.  De tous les bric-à-brac l'artiste extrait un reliquaire athée voire blasphématoire dont toute mièvrerie décorative est exclue selon ce qu'il nomme "le principe de l'analogie universelle".

Chaque pièce rapportée, chaque image découpée ouvrent un monde merveilleux fait d'humour et de non-sens. Grâce aux "Zurcidos invisibles" sortes de coutures invisibles l'artiste crée un univers d'énigmes impénétrables dont un DVD "A travers le cristal d'Alan Glass" (ed. Seven Doc) offre la redécouverte ou plutôt la découverte tant ce surréaliste reste méconnu. Tel un objet magique chaque œuvre permet à un étrange destin de triompher d'obstacles en apparence infranchissables. D'un hasard qui n'est pas - mais que l'artiste fait prendre pour tel - naît un monde qui donne accès à ce royaume de la merveille.

Dans ces œuvres toutes les barrières, qui dans la vie courante séparent la vie intérieure de la "nécessité naturelle" des choses,  s'estompent par une démarche où d'éléments disparates naît le  charme au sens premier du terme. La déstructuration du monde fait passer outre toute navigation habituelle de regard. Il est mis en contact  avec un univers habité à un jeu des forces nouvelles. Le voyeur éprouve un trouble où la joie se mêle à une crainte indéfinie. Nouveau Robinson ce spectateur retrouve un premier contact avec un lieu où rien ne possède d'utilisation  rationnelle. Grâce à cette liberté conquise chaque œuvre s'incorpore au désir et fait participer au rêve "étrange et pénétrant" cher à Baudelaire.

Se découvre toujours ce qui n'est pas attendu et qui a priori ne correspond à rien. Chaque œuvre possède son ombre ou est possédée par elle comme par la magie des rapprochements intempestifs. Par exemple, dans sa série autour de jambes de poupées en porcelaine, des gisantes semblent s’étendre, pâlir. Le silence s’en empare. Elles demeurent garantes de ce qui ne peut se dire. Même avec le temps ou en dépit de lui. Pour Alan Glass créer revient donc à  tenter d’entrouvrir l’eau, tenter de voir ce qui est enfermé dans tout ventre ou membre d'objets. Les yeux essayent de comprendre, les lignes s'efforcent de voir ce qu’il y a au fond. Chaque œuvre est donc un miroir de son dessein. On traverse l'image, on la sillonne. C’est tout. Les forment gardent quelques traces de leur germination  mais les corps qui les ont ensemencées disparaissent. L'errance devient lumière  dans une "géométrie de l'espace" en sillages ou en creux.

Des figures naviguent, s'étendent et nous retiennent. Il faut accepter leur évidence particulière. Sous leur mouvement résident un transfert et un ruissellement. Une force primitive parle au plus profond : celle qui ne se refuse pas aux éruptions de l’affect tout en feignant une certaine froideur. Une telle oeuvre  semble élargir - puisqu'elle n'offre pas de réponse -  l'abîme ou le chaos. Mais  elle demande un effort spirituel. Cet effort n'est pas le simple travail d'un intellect tendu afin de découvrir à travers les formes abstraites des signifiances. Il faut se laisser aller à l'abandon là où la division sort du figuratif pour parcourir le chaos qu'elle surplombe en appartenant à un nouvel espace absolument optique.  L'horizon plastique se nourrit d'une fusion  où l'intellectualisation rejoint une  sorte de retour au "sol".  Le jet est cinglant mais il échappe à un prétendu hasard. S'il dément l'ordre des choses il contrarie tout autant le chaos, l'organise selon de nouvelles lois éloignées des feintes habituelles de la figuration ou plutôt de la simulation.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.