Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Lili Heller

 

Lili Heller
le site
la page Mirondella

 


L' art contemporain ne signifie pas l'art d'aujourd'hui. C'est un label qui estampille une production particulière parmi d'autres : l'art conceptuel promu et financé par le réseau international des grandes institutions financières et culturelles et, en France, par l'État. Né dans les années 1960, il est apparu dans les années 1980 comme le seul art légitime et officiel ; mais ce temps semble toucher à son terme. Sa visibilité officielle occulte un immense foisonnement créatif : l'art dit " caché ", suite naturelle de l'art depuis le paléolithique. On y trouve aussi bien le " grand art " que les artistes amateurs. Plus encore, le " grand art " aujourd'hui suit des voies singulières ; il n'est plus porté par aucun style ; il est donc difficile à reconnaître et à apprécier. Mais il existe et qui veut le chercher le trouve ! Cet essai très documenté explicite l'histoire et la nature de l'art contemporain. Il retrace les péripéties de la controverse, le plus souvent souterraine, qui agite le milieu de l'art depuis plusieurs décennies, jusqu'à ses tout derniers épisodes. Il dévoile cet art dissident que l'art officiel cache. Et surtout, il rend la parole aux artistes sur leur pratique et sur le sens qu'ils lui donnent.
» Amazon


Lili HELLER : ELANS

par Jean-Paul Gavard-Perret

Tout ce que Lili Heller sait de l’espoir elle le met dans sa peinture. A son surréel très féminin elle donne une réalité. Elle impose une existence pour le suivre dans la lumière ou les ténèbres bleues. Elle compte sur son instinct pour imposer sa différence et son exaltation sombre mais grandiose.

Peintures du mystère et du secret de l’intérieur de l’être ses tableaux dégagent une étrange lumière fluorescente. La lune absorbe ce que le soleil émet au sein d’étranges scènes fœtales où dans des univers où se lit l’affrontement de Venus et d’Uranus.

Dans chaque quadrature s’érige un univers construit mais irrationnel. Le tout dans une réception et une attirance vers le plus profond de la mutation. L’art de Lili Heller se situe en conséquence entre le visible et l’invisible.

Les peintures témoignent à la fois d’une spiritualité et d’une présence du corps dans un élan qui dépasse le vécu quotidien. L’art devient conjonction, convergence. Celles-ci rappellent que tout se tient.

L’importance du rêve et de l’imaginaire s’éprouve constamment mais elle est « bloquée» par la quadrature du luminaire nocturne du temps. Dès lors si nous rêvons le réel, dans une telle oeuvre le surréel pourrait bien nous rêver.

Des astres circulent, le ciel intérieur tourne en cristallisant des cercles. Tout retourne à l’origine, se fait contre le temps. Et si la vie se défait au dehors le dedans lui est réversible : l’être intérieur mûrit dans le silence.

Regardons-nous vivre du haut de cette peinture.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.