Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Jérôme BOUTTERIN

Exposer dans Mirondella
la galerie d'art en ligne d'Arts-up


Jérôme Boutterin

Jérôme Boutterin, né en 1960, vit et travaille à Paris et New-York.
Présent dans de nombreuses collections publiques et privées, il a été l'invité de nombreuses foires d'art contemporain : FIAC de Paris, Rotterdam, etc.

 

Jérôme Boutterin : le site personnel


Art et fiscalité
Edition 2009
de Véronique Chambaud

La 2e édition de cet ouvrage, entièrement mise à jour, donne les repères indispensables pour appréhender une fiscalité du marché de l'art devenue de plus en plus complexe. - Méthodique, il présente les différents régimes fiscaux de l'art, imposition des œuvres d'art, statut fiscal de l'artiste, incitation à l'achat d'art, mécénat d'entreprise, TVA, taxation des ventes publiques, ISF, plus-values de cession d'œuvres, dation en paiement, etc. - Pratique, il examine l'ensemble des obligations fiscales auxquelles sont tenus professionnels de l'art et collectionneurs. Il explique la réglementation en vigueur, précise les options possibles, en signale les avantages ou les risques avec des exemples chiffrés, les barèmes, des tableaux comparatifs ou récapitulatifs. - Documenté, il réunit les textes législatifs et réglementaires utiles, les formulaires de déclaration, la jurisprudence essentielle, pour toujours se référer aux sources et disposer d'une information fiable.

Auteur
Véronique Chambaud, Docteur en droit, consultante et spécialiste en management de l'art. Auteur du Guide juridique et fiscal de l'artiste, aux éditions Dunod, et de Contrats du monde de l'art, chez le même éditeur.

» disponible chez Amazon

Jérôme BOUTTERIN ; compositions

par Jean-Paul Gavard-Perret

 Jérôme BOUTTERIN, « Aus der La  main »,
 du 1er mai au 20 juin,
Galerie  Andrieu, Christburgerstr. 25,  10405 Berlin,

 

jerome boutterin
Jérôme Boutterin
Rose 04, Oil on canvas, 2008, 200 x 160 cm

Jérôme Boutterin est né 1960, il vit et  travaille à Paris.. C’est sans doute un des peintres français les plus importants du moment . Il a déjà exposé entre autre à New Work ( galerie Rose  Burlingham Contemporary Watercolor), en Allemagne (Malerei, Städtische Galerie Waldkraiburg), en Belgique ‘Taché-Lévy Gallery, Bruxelles) à Zagreb ( Galeriia Forum) et bien sûr en France.  Boutterin se méfie de la peinture ­ mais pour autant  pourtant refuse de s’en écarter. Il se bat avec elle au sein d’une sorte d’abstraction héroïque, où le geste spontané et direct prend tout son sens. Une puissance du « overall » illimité et toujours présent dans ce qui représente pourtant une  rupture dans la simulation et la recherche d’une peinture autonome qui cherche un sens entre l´abstraction et une réalité retrouvée.  Par son approche Boutterin dissèque les éléments de base de la peinture afin d’en dompter la violence. Il poursuit ainsi les  recherche sur les possibilités de l´image  abstraite dans un ensemble où le « hasard » (programmé) organise les différents  éléments pour former un ensemble nouveau et surprenant, avec une souveraine  légèreté. 

 

 

Adepte depuis un certain temps des «Monochromes», il utilise une couleur non mélangée mais ses toiles restent profondément novatrices et n’ont rien à voir avec ce qu’on entend par ce terme en tant que surface unie  et monochrome.

La composition apparemment intacte se révèle être un réseau  complexe et fragmenté d´abréviations. Elle crée divers types d’associations d’images ininterrompues. «Mailles» ou «Monochromes» surprennent par la simplicité provocante de leur compositions sensuelles déroutantes tandis que l´aspect systématique de la trame engendre des zones de perturbation. L’apparente spontanéité du geste se trouve doublée d´un acte de composition réfléchi au sein d’un équilibre parfait entre hasard et calcul fruit d’une recherche de plus de vingt ans. Les lignes sensuelles mais aussitôt cassées créent une érotique et une conduite de deuil où s'agrippe l'œil. "Discours" en acte de l'intelligence et du geste la peinture nous porte vers un lieu de plaisir-douleur (puisque comme le dit Lacan c'est toujours dans la peine que nous jouissons). Existe dans cette œuvre rare un battement sourd de mesure et de démesure au sein de mailles substantielles  que le devenir de l'oeuvre incorpore dans une peinture  à fleur de peau.  L'œil parcours un espace inédit  par lequel nous évaluons, à travers la peinture, nos forces, nos faiblesses, notre violence, notre envie.

 
Le rapt d'une telle peinture - où s’allonge le geste sur lequel l’attention doit porter et par sa prise par le ventre et l'esprit -  crée l'impossible, dans le contour et le centre. A travers le passage des maillages l’œuvre ouvre divers plans de sous-sols là  où existerait la tombée de l'inhibition capitale. L'abstraction devient substance, conduite forcée, aller sans retour Surgissent aussi un fond, un bruit, un fluide, un flux. Appelons cela l'oxygène de la peinture - mais aussi son azote. Sa valeur ajoutée. En elle tù tout se joue et où à notre tour il s'agit de  trouver l'équilibre entre le corps de la peinture et celui de l'être au sein d'une  "partition" troublante.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr


 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.