Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Jeremy Laffon

Guide juridique et fiscal de l'artiste :
de Véronique Chambaud

Véritable vademecum de l'artiste, cet ouvrage s'adresse à tous les peintres, graphistes, sculpteurs, illustrateurs ou photographes qui souhaitent vivre de leur création. Cette 4e édition, entièrement actualisée, apporte des réponses claires et documentées aux questions juridiques, fiscales ou sociales que se posent les artistes pour : s'installer (statut juridique, choix d'un atelier, aides, obligations, statut social, impositions) ; vendre (détermination du prix, facturation, recours en cas d'impayé, vente en galeries, en salles des ventes, sur lnternet) ; tirer parti de la législation en matière d'oeuvres d'art (mécénat d'entreprise, dation, exonérations fiscales, TVA) ; s'entourer de professionnels (contrats avec les galeries, agents d'art, attachés de presse, relations avec les commissaires-priseurs) ; se protéger (droits de l'artiste, assurances, protection des oeuvres).
»  disponible sur Amazon


Contrats du monde de l'art
de Véronique Chambaud.

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière : contrat d'exposition, de commande, de projet artistique, accord de dépôt-vente, bail d'atelier, mandat d'agent d'art, cession de droits de reproduction, etc.
Pour chaque contrat, l'auteur étudie le contexte légal et jurisprudentiel, donne un commentaire pratique sur les différentes clauses proposées et fournit un mémo de négociation, pour savoir le négocier et pouvoir l'adapter.
A la fois théorique et pratique, l'ouvrage offre aux artistes, aux professionnels du marché de l'art et à leurs conseils un support de réflexion et une aide à la rédaction des contrats indispensables à la sécurisation des relations sur le marché de l'art et la défense des créations artistiques.
» en savoir plus



JEREMY LAFFON : PILES ET FACES

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

jeremy laffon Jérémy Laffon - Le trésor de Mexico, 14 - 18 juin 2011. Exposition réalisée dans le cadre de la résidence de Jérémy Laffon au Lycée Militaire d’Aix-en-Provence avec le soutien de la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Chaque œuvre de Jeremy Laffon devient un piège, une capture, une délivrance par l’embrassement et la syncope. Le rythme doit passer par son effondrement. Nous séjournons ainsi sur le lit de l’ambivalence liés aux mains expertes de l’artiste. Nous gardons un pied sur terre mais l’autre nous le prenons. . 

Fatales les masses compactes, signifiantes des entassements et des piles de l’artiste semblent toujours en voie de glissement. Tout semble prêt à tomber avant que de renaître. Nous sommes donc vus par ces empilements autant que nous les voyons, imaginant que l’infini serait enfin non seulement réfléchi mais réciproque.  Il suffit de surplomber leurs falaises pour notre trépanation. L’amoncellement devient une forme de  déflagration.

L’œuvre dans sa pureté lumineuse semble pouvoir tout avaler de manière aussi inoffensive que carnassière. Livres et autres objets maigres comme des clous à nous rendre marteau ou obèses  vues de dos ou à l’envers, qu’importe : cela ne change pas grand chose. Dans le (faux) désordre de leurs  empilements nous restons en attente de la révélation suprême. Une immense énergie unitaire nous transporte. Elle accuse notre gravitation éparse, arbitraire qui nous tire du sol vers le ciel.

Les œuvres démembrées et reconstruites sont des brèches qui dénudent par l’inscription et la rupture d’une géométrie fulgurante. Grammaire sans règles mais précise ce travail  fait attendre une avalanche mais nous n’avons pas peur de mourir du tout.  Placides nous cédons au plaisir reçu par de telles décharges (propres sur elles) à tous les sens du terme. Un plaisir expliqué par le déplacement des épures et le geste qui le crée afin d’occuper tout l’espace.

Nous sommes ivres et criblés.  « Mère ! Mère ! » Crions-nous alors car il est agréable  de croire que l’électricité reçue nous libère de toutes les pesanteurs par changement de  rythme et de débit par l’usure rhétorique que Laffon insinue. Reste, silencieusement, un accord tacite avec la dérive. Nous voici pour un temps sous hypnose, complices des manipulations de l’artiste. Elles lapent, sucent, mastiquent. Pour nous c’est une joie. Ephémère. Une joie presque sans objet. Là où pourtant ils règnent en maître.

La poétique plastique fait paradoxalement un trou dans ce qui nous entoure. Ce plein devient un vide vaporeux. Il n’a pas de bord. Il illumine en un éclair. Laffon ne cesse d’envisager  les permutations possibles des objets en tant que supports afin d’en proposer de nouvelles manières de les « lire ». et de percer leur imaginaire.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.