Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Chrystèle Lerisse

Chrystèle Lerisse

chrystelle lerisse

Chrystèle Lerisse, née en 1960, est une photographe qui depuis ses débuts à l’école d’art de Tours mène une carrière d’artiste aux multiples facettes.

Elle a réalisé une série impressionnante d’expositions, à Paris, à New- York et aux Rencontres d’Arles.

Chrystèle Lerisse est représentée par la
galerie Baudouin Lebon et compte à son
actif onze ouvrages de référence dans la
continuité d’une démarche très originale.




DU MOUVEMENT QUI DÉPLACE LES LIGNES

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

chrystèle lerisseChrystèle Lerisse, "Urbanus - photographies",
2 6 f é v r i e r - 3 a v r i l 2 0 1 0
Galerie du Caue,
1 rue des Allois - F87000 LIMOGES
T :+33 (0)5 55 32 32 40 F: +33 (0)5 55 32 23 25
galerieducaue87@wanadoo.fr

 

Des oeuvres de Chrystèle Lerisse  émerge une rêverie architecturale. Ce travail fait passer  d’un univers surchargé d’images à celui d’un effacement. Il donne l’impression que le temps se défait. On ne peut pas ne pas penser à Beckett et à sa phrase "vivre est errer seul vivant au fond d'un instant sans borne"

Ne restent  que des  "indices" d'un monde. Celui-ci devient le sujet dépouillé des photographies de l'artiste, leurs marges d'un presque obscur. Quoi de plus simple ? Quoi de plus compliqué ? Il y va de la vue, il en va de la vie. Perdurent des zones, des seuils et quelques gradients le plus souvent minéraux. Mais une puissante vitalité les soulève. La photographie de paysage est démonté puis remonté. Pans, segments et  lignes "floutées"  brouillent les pistes.

Toutefois le combat que livre Crystèle Lerisse à la représentation n'a rien d'une guerre de destruction. A l'inverse l'artiste  construit. Et son approche suppose l'appréhension de ce qu'il y a de nouveau dans un paysage existant. La photographe conduit vers une autre scène où l’atrophie demeure indissociable de l’énergie susceptible de s’y manifester.

Dans ces conditions, au sein même d’une forme de négation du réel, surgit une inévitable présence. L'artiste la rend sensible. Elle devient la doctoresse des lieux  de passage et des choses d’oubli. Demeurent un nécessaire écart et le sentiment d’un espace ouvert - espace autant du dedans que du dehors. Il oriente vers on ne sait quel abîme et vers quelle faille sinon :

 « ce désir de la vie malgré tout
qui insiste on la sent elle est là
même sous les paupières on la voit » (Jacques Ancet).

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.

Fnac_expos2_728.gif