Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Mireille Lougarre

Mireille Lougarre


Mireille Lougarre: la page Mirondella - le site


Pourquoi ces chefs-d'oeuvre
sont-ils des chefs-d'oeuvre ?

de Alexandra Favre et Jean-Pierre Winter

Pourquoi Guernica de Picasso et La Laitière de Vermeer sont-ils célèbres au point d'être immédiatement identifiables par tous ? Outre leur valeur artistique, de nombreux facteurs jouent dans la popularité des chefs-d'oeuvre de l'art occidental. Au-delà de l'histoire et des faitsc ce sont aussi des chefs-d'oeuvre parce qu'ils exercent sur nous une fascination inconsciente.

» Amazon

 


MIREILLE LOUGARRE ET L'INTENSITE LYRIQUE

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Pour Mireille Lougarre et dans son vaste champ d’exploration chaque tableau marque un commencement, un nouveau départ dans l’inconnu. Sa marche  en avant se poursuit quand les théories et les constructions de  l’esprit cessent d’être un viatique suffisant. C'est à travers le bleu en tant non seulement que fond mais comme réflexion,  méditation et création de formes que tout se joue; Cette couleur constitue le soubassement et le guide du travail de l'artiste. Elle y continue de grandir et d’accroître  ses pouvoirs. Chaque tableau va au-delà des  formules dont elle procède. Chacun ne laisse presque rien subsister  à son terme des conflits qui ont pu opposer en chemin  l’expérience de la peinture à la pensée.

Les idées et les intentions sont des  pierres de l’édifice au même titre que le bleu et sa lumière. A partir d’un certain seuil, tout  s’y perd, s’y engloutit mais en même temps en gicle. Malgré un préjugé tenace le bleu devient le contraire d’une froideur. Il permet  de devenir multiplicateur de la surprise  et de la découverte. Ce n’est plus simplement une  fraîcheur matinale que nous éprouvons  devant les toiles. Elles mènent au risque pur auquel l’expérience spirituelle et plastique doivent  s’exposer tout entière pour s’accomplir, c’est-à-dire finalement  s’effacer devant l’autonomie de l’œuvre.

Mireille Lougarre à travers sa réflexion et son audace recherche l’intensité lyrique qui s’éloigne de la précision formelle. Plus cavalière que géomètre, elle crée un étrange univers ou l'abstraction n'hésite pas à délivrer les éléments épars, disjoints, fruits du jaillissement, de la jubilation auxquels incline la sensibilité de l'artiste.  Elle semble retarder l’acte de peindre afin d’accumuler  de l’énergie, de la concentrer afin de laisser éclater,  grandir et accroître ses pouvoirs sur la toile. Mais c’est  parce que chaque tableau va au-delà des formules dont il procède, et qu’il ne laisse presque rien subsister à son terme des conflits qui ont pu opposer en chemin,  qu’il devient l’expérience d’une pensée qui se perd, s’engloutit dans ce qui reste "l’ inévaluable exploit de peindre".

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.