Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Evelyne Mazurkiewicz

Evelyne Mazurkiewicz

la page Mirondella - le site


Pourquoi ces chefs-d'oeuvre
sont-ils des chefs-d'oeuvre ?

de Alexandra Favre et Jean-Pierre Winter

Pourquoi Guernica de Picasso et La Laitière de Vermeer sont-ils célèbres au point d'être immédiatement identifiables par tous ? Outre leur valeur artistique, de nombreux facteurs jouent dans la popularité des chefs-d'oeuvre de l'art occidental. Au-delà de l'histoire et des faitsc ce sont aussi des chefs-d'oeuvre parce qu'ils exercent sur nous une fascination inconsciente.

Les auteurs
Alexandra Favre retrace le chemin qu'ils ont parcouru depuis leur création et nous aide à comprendre pourquoi certains acquièrent rapidement une renommée internationale et d'autres, au contraire, sont oubliés - des siècles parfois ! - avant d'être redécouverts. Jean-Pierre Wilder, psychanalyste, décrypte ce qui se cache derrière chacun d'entre eux et nous éclaira sur les thèmes universels qu'ils renferment, à la source de toute interrogation humaine.

» Amazon


EVELYNE MAZURKIEWICZ : TOUT FEU TOUT FEMME

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Quel est ce corps qui fait flamme ? Quelle est cette flamme qui prolonge la femme?  Avec la sensation d’être en haut, pendu dans le vide, à regarder hors de soi la tiédeur large d'une féminité qui inquiète et rassure à la fois ? Quel est ce corps qui  désarticule le regard non avec du plus mais avec du mieux.. Car la rondeur n'est plus le gras, elle est sérieuse. Elle est là pour ramasser les insectes de la pensée qui volent de tous côtés avec des désirs et des envies.  Evelyne Mazurkiewicz observe l’agir et du non agir et leurs transmissions sans courroie.  Il fait préférer les formes pleines au vide en mettant au point une balance qui pèse le deuxième sang.

La matière malaxée et massée trouve sa forme idéalement caressée. La masse elle-même devient aussi aérienne que terrestre puisqu'elle finit chaque fois avec  la légèreté de la flamme. Elle se soulève comme elle nous soulève dans le registre de l'"à venir" - c'est du moins un souhait. L’imaginaire gonfle et lève comme un courant chaud à l’intérieur de l'épaisseur cachée. Du tronc passionné et des membres des femmes  on n’ignore rien. On s'y décharne, on brûle. On pénètre le ventre du destin. En sors ce qui est nécessaire à la vie.  Evelyne Mazurkiewicz sort le poids de l’être. Après le dégagement l’autre prise, l’autre « explosition". Les plis ne suppureront plus.  La peau ne flotte pas : comme mais la vie elle devient volatile. Elle est cavité. L'artiste donne du poids au corps en chute libre. Espace hanté.

Le corps reste sans réalité. Et le réel dans sa réalité n'est pas matière à représentation. Si l'idée est d'érotiser ce qu'il y a dedans : on est bien plus loin que la représentation du fantasme. Tout s'articule selon une circulation dont nous ne possédons ni la clef, ni la maîtrise. Le mutisme du corps se change en une chambre d'écho. Elle  met en miroir ou en abîme l'organique et le mental. Chaque sculpture garde son propre silence. Ce que montre Evelyne Mazurkiewicz n'est pas le miroir mais l'en face.  Hantise du corps. Sa matière le soulage, lui redonne des ailes bien au-delà de la chair à l'écoute d'un intérieur qui s'ouvre, pivote, suce, draine. Ni charger, ni défaire. Ce serait trop peu. La profondeur est là où l'artiste fouille  en caressant son doute et le nôtre.  Tout  sort d'un tissu mental. Le corps n 'est pas trop lourd pour tout ce qu'il contient d'âme dans son coagulum. On va vers le lieu nu loin des masses.

Enveloppe et écorce. Les bras ont la passion non de l'appui mais de l'embrassade. Ils créent l'anneau de feu. Flamme, air, terre, ovaire. Il te faut la lenteur pour aller aussi loin. Fascination et  affection.   Rien de narcissique ni ostentatoire.  Tout cela au nom - peut-être - d'un principe de solitude première mais un principe qui ne cloue pas l'artiste mais la pousse vers l'altérité. Evelyne Mazurkiewicz interroge les tréfonds. Elle épuise l'apparence par effet de surcharge.  Le monde devient un signe que l'art entérine et déplace par le "trop" de réel. Mais l'artiste en fait une "attente" pour demander à celle ou celui qui regarde de le réactiver à travers ce que la créatrice propose et qui ne se "donne" pas. C'est toute la force de l'œuvre : ne pas mâcher le travail.  L'artiste ne nous dit pas ce que nous pouvons faire. Son travail n'est pas bavard.  Il est plutôt archétypal. Il avance non masqué mais dans le silence.

C'est un interstice, une ouverture. Il avance pour créer un passage. En dépit du poids de sa présence il n'écrase pas il montre où porter le regard, l'attention, la question. C'est en regardant un tel travail qu'on reprend conscience. A nous d'en faire bon usage.  Loin du monde, dedans. Indices, proliférations d’intensités. Utopie retrouvée puisque la fantasmagorie bascule du côté de la vie. Il  faut entendre par les œuvres l’appel de la tribu des solitaires dont le tam-tam du corps  fait vibrer la terre d’une nourriture étrange.  Ils sont le mouvement, la rupture capables de créer des  émotions nouvelles. Voici l’existence qui se dit par le geste d’offrande. Voici la douceur et  le souvenir matriciels de l’intimité profonde, absolue qui génère un apaisement.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.