Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Shi Xiaofan (Quentin Shih)

Exposer dans Mirondella
la galerie d'art en ligne d'Arts-up


Quentin Shih : le site



C'est son formidable dynamisme qui caractérise l'art contemporain chinois et aussi sa jeunesse, son énergie, sa vitalité, son humour. Cette scène peu et mal connue, Michel Nuridsany nous la fait découvrir dans des textes alertes et complices, informés aux meilleures sources : les artistes eux-mêmes. La Chine, il y va depuis 1996, visitant les ateliers, fréquentant les artistes dont beaucoup sont devenus des amis, assistant aux biennales et aux évènements les plus considérables de ces dernières années, spectateur privilégié des transformations qui ont propulsé cet art au premier rang sur la scène internationale. En parfait accord, Marc Domage a photographié les œuvres, les artistes, mais aussi les ateliers, les appartements, (environnement les vernissages, les galeries, les musées, les rues, les gens. Bref, voici la scène artistique chinoise comme si vous y étiez. Vous découvrirez ici l'effervescence de la fin des années 1970 avec le groupe des Étoiles, le Pop Politique et Cynique des années 1980 et 1990, le Gaudy Art et l'émergence ironique et heureuse de la toute jeune génération qui s'exprime à travers la performance, la vidéo et les jeux vidéo. En 30 artistes, 30 ans d'art contemporain chinois.

» disponible chez Amazon


Quenton Shih : histoires vraies, histoires fausses.

par Jean-Paul Gavard-Perret

Quentin Shih - The stranger in the glass box
Courtoisie de l'artiste

quentin shih

Le photographe  chinois Quentin Shih vit à Pékin. Spécialisé dans la publicité et la mode, il a développé à partir de ces activités lucratives des compositions qui le placent parmi les grands photographes de la scène internationale. Le magazine « Esquire » l’a d’ailleurs nommé photographe de l’année  en 2007.

Sa série “The Stranger In The Glass Box” réalisée pour l’exposition  “Dior & Contemporary Chinese Artists” au centre d’art contemporain de Ullens à Pékin en 2008 a déjà fait le tour du monde.
 
Interrogeant le fait divers comme la mode par le biais de soigneuses compositions  et mises en scène qu’il puise dans divers registres le photographe crée un univers aussi sophistiqué que loufoque. Riche de références multiples  son imagerie  se prête difficilement à une classification rigoureuse. Shih cherche même à la compliquer par des œuvres qui sont  des symboles mais toujours très proches de la réalité sensible.
Sans cesse il joue sur un rapprochement – éloignement. Le tout avec autant d’humour que puissance émotive afin de composer un monde baroque et fantasmagorique  avec un art du moindre détail et ou l’imaginaire le dispute au fantastique.
 
Chacun de ses photographies devient un spectacle quasi cinématographique et cérémoniel qui peut être compris selon divers usages. Ses œuvres vont facilement droit au cœur tout  en proposant une critique violente de ce qu’elles montrent. Il y a là tout un potentiel puissant de charges et de décharges.

L’artiste ressuscite  allégories et métaphores au sein de la réalité la plus triviale. Il est un de ceux  qui créent leur propre langage avec un ordre personnel de conventions revendiquées comme telles pour multiplier le réel dans un espace-temps asymétrique. Le réel comme le mystère n’y disparaissent pas : au contraire ils s’y concentrent.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.