Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Emilie Sauvage

Emilie Sauvage

émilie sauvage

le site - la page Mirondella



Guide juridique et fiscal de l'artiste :
s'installer et choisir son statut, promouvoir et protéger son oeuvre
de Véronique Chambaud

Véritable vademecum de l'artiste, cet ouvrage s'adresse à tous les peintres, graphistes, sculpteurs, illustrateurs ou photographes qui souhaitent vivre de leur création.
»  disponible chez Amazon

EMILIE SAUVAGE ET LES JAILLISSEMENTS

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

EMILIE SAUVAGE ET LES JAILLISSEMENTS

La poétique de l'Imaginaire d’Emilie Sauvage s’inscrit totalement dans la dynamique. La verticalité, le fléchage des formes s’inscrivent au milieu des tonalités lumineuses et claires. Tout appartient à l’ordre du surgissement, d’un épanouissement printanier et lyrique. L’artiste peint pour établir en avançant dans sa peinture le lieu de la manifestation et de la réalisation des possibles, du devenir. Se ressentent des pulsions profondes et essentielles capables de produire un réel potentiel non complémentaire mais supplémentaire à celui que l’on connaît. Face aux ténèbres surgit donc cette clarté primordiale qui fascine et émerveille par sa fraîcheur émotive.

De la multiplicité des traits et des couleurs (même si dans chaque toile parmi elles et eux il reste toujours une dominante particulière) émerge la dilation continuelle d’un sens profond, intrinsèque à cette création  : celui de l’élévation, d’une légèreté  aussi vagabonde que dirigée vers une vitalité. Celle-ci reste le noyau dur (mais doux) qui justifie la raison même de l'œuvre. A travers diverses modalités d'organisation et de fonctionnement Emilie Sauvage présente différents « rapports » ou jeux mais son langage reste éminemment reconnaissable et révèle la face la plus secrète de l’artiste.

Sa création est donc bipolaire. D'une part elle est symbolique puisqu'elle offre toujours le passage d'une réalité présente à une réalité autre qui dépasse la première. D'autre part elle est épiphanique puisqu'elle laisse apparaître quelque chose de l'ordre de l'expansion. Ce dynamique plastique et les potentialités qu'il ouvre devient la réponse  apportée par l’artiste aux angoisses de l'être devant la temporalité. Celui-ci reste ici dans un temps de renaissance puisque couleurs et formes s’inscrivent contre toute forme de dégradation. On peut parler alors de peinture vectorielle algébrique particulière : elle qui pousse vers le « plus » (+) en ignorant le « moins » (-).

Les réponses offertes dans l'espace de la toile sont en conséquence de l’ordre de diurne - voire plus précisément d’aurore - en des schèmas d'ascension, de verticalité. Ils  réinventent des instances d’ouvertures plus que des refuges. Et lorsque dans certaines toiles tout semble vouloir "tourner" de manière cyclique soudain une volute éclate. Elle écarte des cercles viciés qui induiraient le pur statisme tourneur de manière instinctive. Ici en effet l'imaginaire pictural suit des lois que la rationalité ignore. D’où ce  passage du réel au virtuel, de l’actuel au possible. Résumons : la cohérence de la peinture d’Emilie Sauvage jaillit de la convergence de grandes lignes dynamiques à l'intérieur desquelles viennent s'inscrire les couleurs les plus fraîches et les plus subtiles d’un indicible lieu de l’ouvert dans le frémissement d’un passage.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.