Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Roelofje van Opzeeland

Roelofje van Opzeeland

la page Mirondella - le site



Publié pour la première fois en 1997, cet ouvrage, déjà réédité cinq fois dans la collection Intervention philosophique, est paru dans un contexte de polémique virulente sur la " valeur " de l'art contemporain en France.
L'auteur reprend, dans une préface inédite, les arguments en présence, en particulier la réception du livre ayant favorisé, pour le public, une prise de conscience générale, que les idées pouvaient être discutées et analysées... Le débat a eu un effet positif, ne serait-ce qu'en dédramatisant les choses, au moins on a pu commencer d'en parler et comprendre que nous avons vécu la fin de l'utopie de l'art et que nous sommes entrés dans un autre paradigme de production et de représentation.

»  disponible sur Amazon


ROELOFJE VAN OPZEELAND : DEPLACEMENT DES SILHOUETTES

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Né à Arnem en 1942 Roelofje van Opzeeland après des études d’arts est devenu – contraintes économiques aidant – radiologiste puis psychothérapeute avant de revenir en 1996 à son art « premier ». Peintre instinctif mais doué d’une solide formation plastique l'artiste hollandais est intéressée avant tout par la figuration humaine. Il lui fait subir une sértie de déplacements, de transpositions voire d’effacements au sein de mises en distance par des jeux de couleurs tendres empreintes d’un effet de nostalgie et d’onirisme.


L’artiste renouvelle le regard du lieu et du foyer de l'être. L'hier à peine perceptible surgit dans un effacement qui devient une autre clarté. Cette dernière frappe à la vitre de la chimère avant de revenir en grands rayons sur le réel sans que sa représentation nous rende complètement au monde. Roelofje van Opzeeland ose cette sensation. Elle donne une forme à l'être mais de manière qu'il échappe au réel dans sa trivialité. Et la représentation passe par diverses phases. Elle a parfois touché une sorte de géométrisme chère à une peinture hollandaise mais cela n'est qu'anecdote. Car le plus souvent le peintre crée une autre forme d'alchimie. Contre le referment sur soi et l'angoisse demeure l'érection d'apparitions étonnantes et paradoxales. Le portrait, la silhouette ne se donnent pas facilement à voir. Il faut aller les chercher à travers les lignes et les couleurs dans une forme de distance loin des programmes hâtifs que la peinture du temps offre trop souvent.

Face à l'optimisme béat de la figuration comme face aux paliers de l'enfouissement de l'être surgit un éclat étrange. La matière couleur biffe les détails négligeables pour le restituer. Elle resserre l'essentiel de la vie, du besoin d'absolu. L'artiste crée à la fois le déplacement de l'être et sa fouille identitaire. Face à une l'humanité spongieuse, pâteuse, sur l'écume des couleurs se tissent corps et visages à la fois dessus dessous. Ils semblent traverser le cœur des brumes comme ils s'inscrivent  - dans la statuaire de l'artiste -  sur la rudesse de la pierre.

Le travail engage bien sûr au rêve mais il reste très sensorielle. Il parle un désir, donne un baiser au lépreux ou au voyeur. L’image s’ouvre sur une visibilité paradoxale. Des poches d’ombre que Roelofje van Opzeeland efface, se soulève une source ultime d'aurore. L'être émerge sur la berge du monde comme un présage inattendu.  Les silhouettes ébauchées s'y cachent encore. Reste juste l’essentiel dans un froissement de lumière. Chaque figure déclenche ou ramène à la fameuse question de Mallarmé "N’es-tu entre nous que là-bas, de toi ne serais-je qu'ici même ?". Et le peintre revient à l'histoire du labyrinthe de l'être pour tenter d’en dégager le chaos afin que l’on retrouve un ordre essentiel. En une telle initiation cette ordre échappe mais il insiste. Il est bien là, sous-jacent.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.