Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Bram & Geer van Velde

Véritable vademecum de l'artiste, cet ouvrage s'adresse à tous les peintres, graphistes, sculpteurs, illustrateurs ou photographes qui souhaitent vivre de leur création. Cette 4e édition, entièrement actualisée, apporte des réponses claires et documentées aux questions juridiques, fiscales ou sociales que se posent les artistes pour : s'installer (statut juridique, choix d'un atelier, aides, obligations, statut social, impositions) ; vendre (détermination du prix, facturation, recours en cas d'impayé, vente en galeries, en salles des ventes, sur lnternet) ; tirer parti de la législation en matière d'oeuvres d'art (mécénat d'entreprise, dation, exonérations fiscales, TVA) ; s'entourer de professionnels (contrats avec les galeries, agents d'art, attachés de presse, relations avec les commissaires-priseurs) ; se protéger (droits de l'artiste, assurances, protection des oeuvres).

»  disponible sur Amazon


Contrats du monde de l'art de Véronique Chambaud.

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière : contrat d'exposition, de commande, de projet artistique, accord de dépôt-vente, bail d'atelier, mandat d'agent d'art, cession de droits de reproduction, etc. Après avoir précisé le cadre juridique des droits de l'artiste sur ses œuvres, les règles de rédaction et négociation des contrats du monde de l'art, il propose 25 modèles de contrats expliqués et adaptés aux exigences actuelles du marché de l'art. Pour chaque contrat, l'auteur étudie le contexte légal et jurisprudentiel, donne un commentaire pratique sur les différentes clauses proposées et fournit un mémo de négociation, pour savoir le négocier et pouvoir l'adapter.
A la fois théorique et pratique, l'ouvrage offre aux artistes, aux professionnels du marché de l'art et à leurs conseils un support de réflexion et une aide à la rédaction des contrats indispensables à la sécurisation des relations sur le marché de l'art et la défense des créations artistiques.
» en savoir plus



BRAM ET GEER VAN VELDE : « DEUX PEINTRES UN NOM »

par Jean-Paul Gavard-Perret

« Bram et Geer van Velde : deux peintres un nom », Musée des Beaux Arts de Lyon, du 14 avril au 19 juillet 2010.

 

Des frères van Velde, Geer est le moins connu. Sa peinture anguleuse est faite de personnages maigres, éthérés et ses visages se réduisent  à des profils verticaux. Geer comme son frère Bram est intéressé  par ce que Beckett nomme en parlant d'eux « la quintessence statique ».  Sa peinture est une forme d'ascèse mais n'est pour autant pas pure cérébralité. Un texte de Jacques Kober écrit à partir de l'oeuvre exprime bien ce qu'il en est de sa quête : « La lumière tous les jours maigrit sur mes lèvres. Entre la joie et moi le jour et son fil à plomb. J'ouvre l'espace jusqu'à l'oreille qui retentit de Voie lactée dans la distance où le bleu s'affaiblit j'aime ». Face à son frère pour qui nous sommes présents au monde en la torture de l'innomé, Geer refuse de ne peindre que la misère. Il ne veut pas faire sienne la formule de son frère « La peinture c'est l'homme devant sa débâcle ». Geer opte pour une peinture plus sauvage et plus constellée. Le corps cosmique est soumis aux exigences du partage, de la pénétration, de l'antre. Le soleil du Midi s'approche de la lumière argentée des images sous la lune. Il y a le passage obligé du nord au sud, du blanc de neige au bleu de la mer.  Il faut accepter l’étranger dans l’intime, l’intime dans l’étranger. Geer van Velde  crée comme l’on creuse. Et quand il touche le fond il creuse encore. Pour trouver, fragment par fragment, toile après toile,  ce qui nous fut retiré.  S'éprouve la fraîcheur au milieu de fins débris de rayonnements et à l’intérieur des formes.

Bram van Velde pour sa part se soumet encore à l’incoercible absence de rapports entre la nature et l'art. Il  est l’artiste "idéal" qui écarte l'exercice de la peinture de toute tendance réaliste et il envisage le réel  comme ostensiblement absent.  Le peintre ne cherche jamais l'hallucination par les images qu'il crée. Il touche  à une sorte de littéralité.  Elle lui permet  d’atteindre des lieux inconnus de l'être. Il n'y existe plus d'image « possible ». Le peintre est entraîné vers une sorte de crucifixion de l'image, vers l'écroulement des formes. Dans son oeuvre le trait tente de dominer la matrice, telles des flèches transperçant le corps d'un martyr devenu invisible. Mais au même moment la matrice cherche à résorber le trait.  En ce double mouvement,  van Velde instaure le désaveu de la peinture. De son oeuvre sont éliminés toutes les surcharges rhétoriques et tous  les effets de métaphores par l'utilisation d'une série d'ellipses, de soustractions, de mouvements et de lignes contraires et contradictoires. Ne subsiste plus rien, entre exaltation et anéantissement : juste  quelques lignes tendues - comme le disait Bran Van Velde lui-même –« vers la tombe », en une avancée où, parfois, par l'intermédiaire des bains d'ocre, l'image semble croupir et se dissoudre. D'autres fois la toile est portée au noir pour rappeler que la vie est un enfer, un enfermement, d'où ces veines, ces défilés (de la mort) comme inachevés, comme s'il n'y avait que le temps (mort) à passer au travers pour un retour précipité, « éternellement, perpétuellement », selon les prévisions de l'artiste, vers la disparition et l’effacement.

Beckett a souligné la qualité « inexpressive » de l'oeuvre du peintre et se félicite que, pour lui, « la certitude de l'expression est un acte impossible ». Il  est ravi de découvrir  au sein du travail pictural une contrepartie visuelle à la vanité de l'expression qu'il traque dans sa propre recherche. Cette appréciation de l'oeuvre du peintre ne va d'ailleurs pas sans heurts. Certains comme Georges Duthuit estime que Beckett  « plante dans l'esprit de Bram une mauvaise graine, capable de tuer son génie créateur »  puisqu’il insiste trop sur sa fidélité envers l'échec et l'impossibilité. Mais l'écrivain n'en comprend pas moins un des points essentiels de l'œuvre. Et bien loin de tuer le génie du peintre il  accorde la première reconnaissance à celui qui - face aux « trois chemins »  de la peinture, dont il est fait allusion à la fin de Peintres de l'empêchement - ne choisit. ni « le chemin du retour à la vieille naïveté », ni « la dernière tentative de vivre sur le pays conquis » mais s'oriente au sein d’un  « chemin qui bifurque déjà vers l'absence de rapport et dans l'absence d'objet ».

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.