Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Mireille Dubois-Vanhove

Mireille Dubois-Vanhove


le site - la page Mirondella



Contrats du monde de l'art
de Véronique Chambaud.

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière .. ... » la suite


Art et Fiscalite, Droit Fiscal de l'Art 2011
par Véronique Chambaud

Cet ouvrage, entièrement mis à jour, donne les repères indispensables pour comprendre et utiliser le droit fiscal de l'art. Il clarifie les problématiques de la fiscalité du marché de l'art et examine les obligations et impositions des intervenants culturels, tant professionnels qu'amateurs. Il présente les mesures de soutien à la création artistique et en évalue l'incidence sur le statut fiscal des artistes selon leur spécialité (plasticiens, photographes, graphistes).
» disponible chez Amazon


Mireille Dubois-Vanhove: DE L'ENRACINEMENT

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Mireille Dubois-Vanhove livre la trace des corps humains d'Afrique. Tantôt leurs couleurs sont les replis de matière qui entourent les vivants pris dans la masse de douleur, tantôt leurs couleurs sont les idées innées de l’âme, comme les figures pliées ou les statues primitives en puissance qui ont innervé l'art d'occident depuis un siècle. Différentes formes du sentiment d’exister peuplent la mémoire de l'artiste belge. Elles donnent à sa peinture une force de révélation contre  les systèmes d'ensevelissement. Son travail constitue le "catalogue" de sa mémoire et lui permet  d'y répertorier les moments vitaux. Elle livre aussi une existence à l'espace-temps africain au sein d'une topographie intime et générale. A travers les corps-empreintes surgit une chaleur particulière qui  préserve un mystère  érotique et tellurique.

L'œuvre émeut par son traitement plastique. Ses distorsions de matières deviennent une des manières de pousser la vérité  dans ces retranchements. Dans l'écorce des êtres Éros rode mais où Thanatos n'est jamais loin. Surgit une archéologie au nom de l'Histoire dont l'artiste ne cesse d'interroger le chaos.  Dans le pressentiment (peut-être…) qu'il ne peut pas en être autrement, ce qu'il faut retenir ce sont donc ces traces où la figuration à la fois se dévoile et s'ensevelit en une précision épidermique et une sorte de théâtralité violente et grave. Incarnation et  désincarnation se répondent dans un travail habité d'une émotion intense. Mireille Dubois-Vanhove flanque une baffe à la prétendue légèreté de l'être, au prétendu effet de réalité par des sortes d'états de  lutte entre Éros et Thanatos sans que soit résolue la double question cruciale : Cette lutte, au nom de qui? au nom de quoi ?

Le corps noir est là. Il devient la mélancolie du monde contre l’histoire qui veut toujours te rattraper. L'artiste en ses steppes ou ses forêts de mémoire pense par traits et gestes. D'où la fulguration induite par tout ce qu'elle a appris et saisi de la peinture et du monde. Ainsi l'Afrique ne la laisse en paix. Elle sent ce qui s’y passe. Un flot  élémentaire emporte sa peinture pour rétablir une unité du monde.  Qu'importe alors si le centre du désir ne coïncide pas toujours avec celui de la vie. Il arrive que le corps deviennent purement matériel sans être animal. C'est ce que la peinture prouve tant il y existe des éléments vitaux. Voici le feuillage humain. Et le passage en force pour que chaque existence ait encore à rendre bien plus qu’un fantôme. L’artiste lui restitue tout ce qu’elle lui doit : mère, ngwè, mer, mbene, enfance, erumbe, insouciance, voya-voya, malédiction, ozavo, tourment, azingo, souci, inakina, folie, eranya. Oui folie de la peinture qui veut venir à bout de ladéchirure et à la souffrance. A ce titre l’artiste reste l’égarée merveilleuse à la souffrance aussi nue que tue. Tout dans l’œuvre se réduit au presque dépouillement. Ne restent que les images sourdes. Elles ne retranchent rien. Elles ajoutent de l’organique tout en creusant un vide étrange mais aussi en œuvrant contre la nostalgie et son chaos.

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.