Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Martha Wilson

DVD
Lignes, Formes, Couleurs
par Alain Jaubert

Une série documentaire pour comprendre l'histoire des techniques de la peinture par Alain Jaubert, auteur de Palettes. Mettant à profit toutes les possibilités offertes par les nouvelles technologies, la série Lignes formes couleurs revendique une approche encyclopédique de l'histoire des techniques de la peinture. Chacun des films de Marie-José et Alain Jaubert explore les plus grands chefs-d'oeuvre de la peinture sous des angles méconnus. L'occasion de regarder autrement de célèbres tableaux de maîtres analysés dans leurs moindres détails.
» disponible chez Amazon


Contrats du monde de l'art
de Véronique Chambaud

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière : contrat d'exposition, de commande, de projet artistique, accord de dépôt-vente, bail d'atelier, mandat d'agent d'art, cession de droits de reproduction, etc.



SOLILOQUES EN HOMMAGE AUX FEMMES DE MARTHA WILSON

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Martha Wilson, A Portfolio of Models
(The Working Girl), 1974

martha wilsonLes photographies de Martha Wilson se veulent l'acmé d'une forme de  sophistication : "Je crée les images de ma perfection" dit l'artiste. Elle fait de sa création de  la demeure de l'être, de l'éternité de son gîte en forçant la porte interdite de la nudité sans appel : celle qui ne nourrit pas le fantasme mais les traces de la vie. A la fois celles de la jeunesse comme celles de la vieillesse en ses stigmates dans une perspective proche d'une autre photographe nord américaine : Rosalind Salomon. Le langage plastique devient une lame de fond face aux surfaces incolores de la photographie de médiation avide de faux semblants.

Chez Martha Wilson le râle circule, tordant les torses et les sourires en un faisceau de grimaces. Elle fait remonter à une connaissance oubliée récoltée pourtant à l’aube de nos peurs. Sans condescendance la photographe scrute la peau, rumine sa pesanteur de viscères. Il arrive parfois qu’autour de ces fantômes louvoie  une forme de volupté : caresse du regard sur la peau afin de remonter le temps et les histoires qu'il imprime - du moins  ce qu’on en sait. Le spectateur se laisse emporter en une sensation de vertige. Il s'abandonne aux aveux d'images qui montrent comment chacun vaque à son destin sous le soleil ou dans la nuit.

Martha Wilson ne photographie pas pour supporter l’existence mais pour la soulever sans corriger le temps plus ou moins revenant. Elle ouvre et entoure. Elle montre comment le passé et le présent s'imbriquent dans le visage des perdants, des humains dansant pour se donner la main et ne pas voir demain comment ils seront, posés devant l'objectif comme devant un reste de portion de frites. Le visage dans sa rotondité devient un creux qui se ronge, se creuse. Le portait ne témoigne que d'un seul savoir. Il exprime l'ignorance retournée sur elle-même et invente une errance dans la traversée des rues des apparences.

Les petits seins dressés de la série "Portofolio of Models", disparaissent dans "I make Up the Image of my perfection, of my Doeformity". Ce qui demeure, la photographe l'encre  pour l'ancrer dans le visible de l'origine et de la (presque) fin. Elle montre qu'il n'y a plus de frontières de l'espace de la perfection à celui de la déformation. Le temps n'est plus un secret.  Du désir d'être si longuement rêvé ne demeurent que les restes placée devant le regard. Dans les débordements de l'ovale du visage surgit la confrontation avec ce qui le fixait pour un temps à la forme idéale. 

Par ses effets de lumière la photographie montre le passage du temps, le fond commun à tous à travers cette nudité qui s'éloigne de sa perfection dans l'épreuve de la nudité des ans. Brûlures, tuméfactions sont là pour interroger quelle durée, quel moment fugace il faut accepter. Et ce même quand aucun indice ne laissait présager la déperdition du corps. Aucun sourire ne peur alors sauver, par exemple, le portrait d'une femme qui d'une certaine manière quitte sa féminité provocante et progressivement toutes ses mascarades.

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.