Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Catherine Libmann

Catherine Libmann

le site - la page Mirondella



Art-thérapie : La peinture qui guérit
Michèle Curinier

Sous la forme d'un bref récit poétique, mêlant son itinéraire à celui des personnes qu'elle accompagne, l'auteur nous initie à la pratique de l'art-thérapie, ici la peinture thérapeutique. Elle nous montre comment l'acte créateur bouscule le fondement même de l'être. Le geste nécessite une liberté intérieure qui ne peut être fabriquée par la pensée. Il s'agit d'un chemin à parcourir où les sens nous ouvrent à la créativité et à la spiritualité. Le corps, le mental et l'âme peuvent s'accorder, faisant sauter les verrous de la dualité qui nous morcellent. Si la voie thérapeutique conseille de regarder ses blessures pour mieux les surmonter, c'est en reconnaissant les forces qu'elles ont fait naître en nous, que nous pourrons guérir et retrouver la vie. C'est dans une approche multidimentionnelle de l'être humain, une approche moins fragmentée de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité, que l'on peut retrouver la joie en nous, l'élan vital qui guérit le corps et l'esprit, conduisant à notre véritable " moi ".
» Amazon




CATHERINE LIBMANN : LES PORTES DE L’ESPACE

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

"Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui
va-t-il nous déchirer avec un coup d'aile ivre
Ce lac dur oublié que hante sous le givre
le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui".
Mallarmé.

Par le végétal, par les imbrications, les charpentes, les cadres, les jonctions, les déplacements, les structures émergent dans la fragilité une intensité particulière, douce et sauvage à la fois. Le tressage crée des sortes de bruissements visuels. Chaque reprise du réel par ce que l’artiste en choisit catalyse des montées. Elles donnent d’abord un effet de chaos (par l’enchevêtrement premier) au désir de prendre l’image.  Mais surgit peu à peu une « surface » et un corps particuliers qui suscitent toujours le sentiment d’une texture. Celle-ci garde mémoire de tous les accidents, les traces d’éraflure ou de blessure jusqu’à sembler la peau scarifiée d’un corps secret qui serait la matière même de l’art.
Devant certaines “ pièces ” s’éprouve la sensation de contact directe, presque physique avec ce qu’on appellera sommairement la nature comme si ses matériaux inertes pouvaient s’imprégner à nouveau d’humanité rupestre par on ne sait quelle mémoire. Mais il y a plus. La matérialité de l’objet ou la sédimentation des signes (lignes),  l’application d’inductions spirituelles réduisent l’univers en des figures simples. Elles paraissent énigmatiques, font sentir leurs effets magiques par le regard ou le toucher.
Chaque œuvre devient icône, image mentale par la mise à nu de la spécificité du langage plastique. Il « sonne » comme une, sorte incarnation ou écho du chant d’Hypérion : “ Tout advient par désir et s’achève dans la paix. Les dissonances du monde sont telles les querelles des amants. Leur réconciliation fait que ce qui a été séparé se rassemble ”. Mais la démarche instinctive d’approcher ainsi la sculpture  permet à la créatrice d’en étudier la substance. Elle reste disponible à d’autres niveaux de réalité, un peu à la manière des mystiques qui savent que pour atteindre un certain degré de concentration mentale il faut être capable  de percevoir la transcendance, le revers des apparences. Et si apparemment parfois l’artiste ressent le besoin d’évoquer la souffrance toujours présente dans l’humanité, son travail devient un moyen de la dépasser. Comme si Catherine Libmann avait compris que nos vies reposaient  sur des constructions mentales dialectiques et illusoires : le haut et le bas, le bon et le mauvais, l’esprit et la matière.  Mais elle montre qu’il peut y avoir toujours de l’amour et de la vie et que des éléments laissés à l’abandon deviennent parfois des éléments  signifiants.
Coupant court à l’intellectualisme l’artiste tient compte de ce qu’exprime le matériau lui-même. Utiliser le bois et ses branchages possède bien sûr une signification symbolique sensible. D’où, si abstraction il y a, c’est une abstraction non anecdotique. La créatrice tire parti des éléments des matériaux eux-mêmes. Découvrir leur langage la stimule et l’aide à dépasser le côté simplement géométrique et excessivement limité de la sculpture abstraite. La sculpture est donc pour elle un élément d’introspection, un élément nécessaire pour qu’elle se comprenne et comprenne la vie en transcendant la conscience habituelle que nous en avons au profit d’un état plus profond. Et ce afin d’entrevoir – qui sait ?  - une réalité plus globale. C’est pourquoi et afin d’y parvenir l’artiste accepte parfois la lenteur et parfois la vitesse d’exécution plus par instinct que par calcul.
La plasticienne a trouvé un chemin qui permet de voir la réalité avec le maximum d’intensité. Le désir de faire est finalement chez elle un instinct de vie. Mais comment expliquer les instincts ? Toutefois dans sa sculpture elle peut s’y abandonner sans aucune pudeur – mais sans impudeur non plus.  A ce titre on peut reprendre l’affirmation de poète Jacques  Dupin où il affirme que l’érotisme n’est qu’un maquillage, un fard délicatement posé sur la sexualité primitive. S’il est question de désir dans l’œuvre de Catherine Libmann - et il en est bien sûr question - c’est du désir fondamental, du désir de vie.  On ne peut rien faire d’autre que de s’y laisser glisser à travers les fragments de ce que l’artiste laisse percer jusqu'à ce point limite où le montage ouvre et invite au vertige de reprise en reprise.
Catherine Libmann offre l’utopie, le ferment de la vie du rythme de l’humain dans des amas galactiques que l’on sent intimes. Nous sommes sûrs enfin qu’il existe un monde débarrassé des fatras devant les chevaux ailés des bois. L’espace écoute. L’artiste lui donne voix avec la rage de l’impossible tandis qu’un vent vespéral remue plus bas les fougères. La vie se détend, prend forme, prend l’air. On est enfin soi-même. Sur le bois séché  on cueille encore des fleurs. Une porte est soudain ouverte Abîme d’être une femme, abîme d’être un homme. Mais cependant les flèches deviennent forêts des signes de l’union improbable.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.