Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Emmanuel Romeo

Emmanuel Romeo


la page Mirondella - le site


Paul Klee, cours du Bauhaus

Nous sommes des façonneurs, des ouvriers-practiciens, et allons naturellement évoluer ici de préférence sur le terrain formel. Sans oublier pour autant qu'avant le début formel ou, plus simplement, avant le premier trait, se trouve toute une préhistoire et pas seulement l'aspiration, le désir ardent de l'homme de s'exprimer, pas seulement la nécessité externe qui l'y contraint mais aussi une position générale propre à l'humanité dont l'orientation s'appelle Weltanschauung qui pousse avec une nécessité intérieure à se manifester ici ou ailleurs. Je souligne cela afin d'éviter le malentendu qui voudrait qu'une œuvre se réduise à sa forme. Mais d'un autre côté, il me faut insister ici encore plus sur le fait que la connaissance scientifique la plus exacte de la nature, des plantes, des animaux, de la Terre et de son histoire, des étoiles, ne nous est d'aucune utilité si nous ne sommes pas outillés pour leur représentation. Nous pouvons avoir la conception la plus spirituelle qui soit de l'action combinée de ces objets dans l'univers, cela ne nous sert à rien si, dans cette direction, nous ne sommes pas équipés avec des formes.
Paul Klee
» disponible chez Amazon




EMMANUEL ROMEO ET LES METAMORPHOSES : RETOUR AU SILENCE

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les œuvres d’Emmanuel Romeo possèdent une qualité rare. «Echos d'arbres », « Impressions », « Rencontres »  « Mondes passagers » « Végétraces », « Entre temps » : toutes ces séries répondent dans leur perfection à la même exigence. Celle-ci donne un écho au silence, une vibration à la souche. Elle permet aussi de s’immiscer dans les labyrinthes du songe par les métamorphoses qu’elle engendre. En ce sens l’artiste se rapproche d’un certain art photographique ou cinématographique japonais, le plus minimaliste et le moins exotique (Ozu par exemple).

De non man’s land abandonnés par la marée, de quelques poteaux télégraphiques plantés ou encore de souches torturées l’artiste crée un univers farouche mais apaisé. Tendre mais dénudé. Il évite avec soin de saisir les humains. Il préfère éteindre leurs bougies comme si à travers elles la lumière ne pouvait se saisir. Une lumière térébrante, puissante prise sur le temps qui ronge les heures ne peut se saisir que par d’autres « chairs » plus minérales mais peut-être plus existentielles…

Aussi nocturne que diurne l’œuvre les saisit en des instants cernés par un certain vide où le regard bascule.  Parfois la lucidité du noir trouve appui sur une certaine idée de la chute avant de se perdre sur les hauteurs d’un brusque mouvement d’air. Tout joue entre équilibre et déséquilibre. Parfois le ciel est en abîme mais parfois c’est la matière elle-même qui est saisie en un pur chaos.

Emmanuel Romeo absorbe le monde. Il demeure porté par certains de ses courants. Les plus primitifs, les plus essentiels. Rien n’est jamais boueux dans ses prises. Et si une blessure les habite rien n’en sera dit dans ce qui échappe au décoratif pour entrer dans l’ordre de la cérémonie. Le photographe semble se retirer de la simple évidence du monde  en ne cédant pourtant en rien sur certains de ses éclats. Il prend à témoin le végétal, le minéral. Il en fait son lit de silence juste avant qu’un mince soleil sombre. Mais la lumière de chaque épreuve parle en son nom tout en rejetant un pur effarement blanc.

L’artiste provoque des césures face à l’énigme du monde. Au bout d’une ligne qui court et se rompt reste la poussière du ciel acharnée ailleurs à découvrir par effet de miroir l’invisible patience de l’eau livrée, lorsque la marée, se retire aux caprices du sable. Dans les méandres de la terre comme dans ceux des arbres Emmanuel Romeo inscrit sa narration d’un monde provisoire qu’il sauve avec obstination de la débâcle des naufrages. Tout est de l’ordre de la célébration de fragments de clarté.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.