Points perdus cardinaux
de Catherine Bolle


Catherine Bolle, artiste plasticienne (peinture, gravure, estampe, sculpture, créations verre et lumière, mise en espace, etc.) est, quoique de nationalité française et suisse, vivant à Lausanne, une créatrice à vocation européenne, et même mondiale. Ayant fait ses études scientifiques à Lausanne et Genève, artistiques postgrades en art visuel à Sierre et collaboré longtemps avec l'atelier Raymond Meyer, elle a fait des stages et des résidences, à Paris, en Belgique et au Costa Rica, ainsi que des voyages d'étude et d'information aux Etats-Unis, au Japon, en Inde, en Italie, en Israël, en Islande, en Lituanie et ailleurs. Elle a à son actif une dizaine d'expositions personnelles et a participé à une trentaine d'ex-positions de groupe en Suisse et dans le monde. Ses œuvres dont beaucoup sont intégrées à l'architecture (en plein air: La Verrière, Montreux, Cadenet, autour d'un bassin à carpes, Ferring International à Saint-Prex, Cornet SA à Flamatt, etc.) lui ont permis de travailler avec certains des architectes les plus reconnus de ce temps. Titulaire de plusieurs bourses et distinctions, parmi les plus prestigieuses (Grand Prix de la Fondation vaudoise de la culture, Bourse Leenaards, aide de la Fondation de Famille Sandoz, Prix Bachelin, Bourse Alice Bailly, Bourse Image et Sens, Snaaps, etc.). Elle accorde une très grande attention à la collaboration entre le peintre et l'écrivain. A cette fin, elle a créé à Genève Les Editions Traces, qui lui permettent de publier et d'accompagner plastiquement certains des poètes essentiels de la modernité.
disponible chez amazon

Le petit interview intempestif de CATHERINE BOLLE 
par Jean-Paul Gavard-Perret

 


Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Cces jours j'allume immédiatement Internet pour voir si la catastrophe nucléaire au Japon n'est pas ultimement grave, et je regarde aussi quel espoir reste au peuple lybien de faire tomber leur dictateur. D'ordinaire, un café est souvent la première chose de la journée

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
J’ai espéré devenir la première femme sur la lune, cela m'a échappé, puis j'aurais voulu être née dans un pays qui connaît une révolution, n'oublions pas les livres de Han Suyin, alors là, avec la vrai révolution arabe, de ce printemps, je pense que c'est aussi important que la révolution d'octobre. Encore je rêvais d'harmonie dans une relation d'amour et de construction d'une grande famille, disons que le fils qui en est né est déjà un véritable fils si agréable et sympathique que c'est déjà pas mal; un autre rêve d'enfant était d'aller chez les lapons, vers les pôles, et dans les déserts. Reste alors les déserts à découvrir. J'ai aussi rêvé de sculpter,construire des villes entières et de sauver de nombreux êtres humains par mes anticipations, disons que les rêves d'enfant c'est une chose, et un bon souvenir.

A quoi avez-vous renoncé ?
A une chouette famille, avec des enfants et des animaux, un homme chou comme tout et le deuxième renoncement est de faire des voyages extrêmement rares et difficiles, j'ai renoncé à la puissance financière

D’où venez-vous ?
D'une famille dont la mère a été beaucoup bombardée en Normandie, d'un père très artiste, peintre et clément, mais au moins il y avait des animaux, des abeilles, des lapins des chats, des moutons, des animaux des campagnes et des marais, des murailles et des caves, des souris, des taupes, des couleuvres, des grenouilles et il y avait trois soeurs, pas de frère hélas, nous avons grandi à Bex dans le Chablais, et je suis allée beaucoup dans les montagnes, de l'alpinisme dès 11 ans.

Qu'avez-vous reçu en dot ?
Ll'amour de penser autrement, l'amour de rêver, de peindre et d'aimer les autres, et l'amour de la justice

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
La campagne où j'ai grandi et des habits un peu raffiné

Un petit plaisir - quotidien ou non ?
Ecouter de la musique et de regarder le lac

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Suis bien mal placée pour le dire, sûrement que je ne sais pas du tout quoi répondre et que je ne devais pas être artiste j'ai voulu d'abord être dans les laboratoires scientifiques, ce que j'ai fait 12 ans, que j'ai une vie finalement assez disciplinée, pour assurer une vie avec un maximum de faculté et de potentialité physique pour parvenir à mon expression artistique

Où travaillez vous et comment?
Aussi bien à l'étranger, dans un hôtel, dans mon atelier, ou en résidence, parfois et avant même dans le train, dans l'avion parfois, et surtout dans la nature et je crois lorsque je dors
Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ? La musique dite contemporaine est très souvent ma compagne, le jazz, et la voix humaine

Quel est le livre que vous aimez relire ?
1984 de Georges Orwell, l'amour fou d'André Breton, le Traité des couleurs de Zuppiroli 

Quel film vous fait pleurer ?
Bye Bye Lénine

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez vous ?
aie un peu ma mère

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?
à Obama pour lui témoigner mon admiration

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
La Brévine, mais aussi Budapest, Paris, Moscou (connais pas) Pékin (connais pas), la Mésopotamie(elle est presque détruite)

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
Germaine Richier-Les Dadaïstes-Penalba-Ernst- certains graveurs du début du 18 e siècle du nom de Pinz

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
un baiser  d'un homme et une lettre de mon fils

Que défendez-vous ?
le droit de penser autrement, par exemple d'être artiste, mais d'être pour une société de plus en plus équitable

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
l'absurde m'a souvent attirée

Enfin que pensez vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?".
délicieux, dans quelle langue?