Alex'Sandra

Née à Casablanca. Etudes à Paris et aux Beaux-arts de Sète. Après une longue période de voyages de par le monde, Alex'Sandra vit et travaille à présent à Sète.

Alex'Sandra : la page Mirondella - le site


Art-thérapie : La peinture qui guérit
Michèle Curinier

Sous la forme d'un bref récit poétique, mêlant son itinéraire à celui des personnes qu'elle accompagne, l'auteur nous initie à la pratique de l'art-thérapie, ici la peinture thérapeutique. Elle nous montre comment l'acte créateur bouscule le fondement même de l'être. Le geste nécessite une liberté intérieure qui ne peut être fabriquée par la pensée. Il s'agit d'un chemin à parcourir où les sens nous ouvrent à la créativité et à la spiritualité. Le corps, le mental et l'âme peuvent s'accorder, faisant sauter les verrous de la dualité qui nous morcellent. Si la voie thérapeutique conseille de regarder ses blessures pour mieux les surmonter, c'est en reconnaissant les forces qu'elles ont fait naître en nous, que nous pourrons guérir et retrouver la vie. C'est dans une approche multidimentionnelle de l'être humain, une approche moins fragmentée de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité, que l'on peut retrouver la joie en nous, l'élan vital qui guérit le corps et l'esprit, conduisant à notre véritable " moi ".
» Amazon




Le petit interview intempestif d'ALEX'SANDRA
par Jean-Paul Gavard-Perret

 


Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
descendre dans mon atelier pour voir le travail de la veille se révéler, les transparences se dévoiler, une reddition s’opérer

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
compréhensibles, c’étaient des cauchemars

A quoi avez-vous renoncé ?
à danser (professionnellement), après une rupture du tendon d’achille, une nécessaire violente déflagration interne pour que j’admette être dans une impasse

 D’où venez-vous ?
du monde méditerranéen, du tragique et de la violence d’une île et de ses familles

Qu'avez-vous reçu en dot ?
 l’intranquillité

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
les vacances

Un petit plaisir - quotidien ou non ?
cuisiner, puis manger !

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
à toi de le dire ! 

Où travaillez vous et comment?
tous les jours, partout où c’est possible et dans mon atelier, à la fois dans un calme et une urgence dont je ne saisis pas la cause, ce qui me bouleverse

 Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ?
très éclectiques, des musiques qui me déchirent tout en me rassemblant, de l’opéra au pop-rock-folk en passant par le tribal,  mais en boucle ! Record : 47 fois un morceau de 5’08 ! une performance… pour l’oreille !

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Jung, Pontalis, Charles Juliet

Quel film vous fait pleurer ?
Eternal sunshine of the spotless mind

 Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez vous ?
 moi 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?
personne

 Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
la mer, l’océan

 Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
des chorégraphes, Pina Bausch, Carolyn Carlson, certaines troupes de Hip Hop, des cinéastes, Jane Campion,  Visconti, Michel Gondry, Wenders, Gus Von Sant, des peintres, Olivier Debré, Rauschenberg, des comédiens, Hanna Schygulla, Marlon Brando ; et tant d’autres.

 Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
un voyage

 Que défendez-vous ? 
le droit et le devoir d’être soi.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
De mes années de fac, je garde le réflexe thèse-antithèse-synthèse ! Lacan a décodé le jeu avec et sur les mots pour nous les traduire. De l’inconscient dont ils les extirpaient, il s’extrait et assène une formule dont la virtuosité orale échoue : elle semble séduisante mais peine à masquer son ironie ou son ignorance devant l’Amour. Qui est  un mystère. A explorer !

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?".
« Si on peut le dire, pourquoi le peindre ? » (Bacon)