Anne Guerrant


Art-thérapie : La peinture qui guérit
Michèle Curinier

Sous la forme d'un bref récit poétique, mêlant son itinéraire à celui des personnes qu'elle accompagne, l'auteur nous initie à la pratique de l'art-thérapie, ici la peinture thérapeutique. Elle nous montre comment l'acte créateur bouscule le fondement même de l'être. Le geste nécessite une liberté intérieure qui ne peut être fabriquée par la pensée. Il s'agit d'un chemin à parcourir où les sens nous ouvrent à la créativité et à la spiritualité. Le corps, le mental et l'âme peuvent s'accorder, faisant sauter les verrous de la dualité qui nous morcellent. Si la voie thérapeutique conseille de regarder ses blessures pour mieux les surmonter, c'est en reconnaissant les forces qu'elles ont fait naître en nous, que nous pourrons guérir et retrouver la vie. C'est dans une approche multidimentionnelle de l'être humain, une approche moins fragmentée de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité, que l'on peut retrouver la joie en nous, l'élan vital qui guérit le corps et l'esprit, conduisant à notre véritable " moi ".
» Amazon


Le petit interview intempestif de : ANNE GUERRANT
par Jean-Paul Gavard-Perret

 


Qu'est-ce qui vous fait lever le matin ?
Un besoin d'être verticale

Que sont devenus vos rêves d'enfant ?
j'ai une grande faculté à l'oublie

A quoi avez-vous renoncé ?
j'ai oublié.

D'où venez-vous ?
De la mer.

Qu'avez-vous reçu en dot ?
La peinture et les mots.

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
Rien.

Un petit plaisir - quotidien ou non ?
Je suis gourmande

Qu'est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Peindre est une maladie de l'âme, j'aimerai ne pas peindre, être juste présente au monde. « Le geste est un saut. »

Où travaillez vous et comment ?
Je travaille chez moi entre la poire et le fromage, les courses à faire et un bon bouquin, je passe d'un format à l'autre, je butine entre pinceaux et plumes, entre broderies et collages, je vais du jardin à la toile et entre temps je fais un gâteaux.

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ?
Le silence.

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Rimbaud.

Quel film vous fait pleurer ?
Je vais très peu au cinéma .

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez vous ?
Moi et les autres.

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?
Leo Ferré.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
La plage de Saint Pierre en Port (76).

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
Kandinsky, Bram van Velde, Pollock, Tiepollo, Barcelo, Lorrain, Kieffer, Degotex, Michaux, Bonnard, Zao Wou Ki, Beuys, Rotkho, Louise Bourgeois, de Kooning, Cy Twombly, la peinture du moyen age, Atlan, Boltanski, Goya, Delacroix, ect et mon père Roger Guerrant (la liste est longue) j'ai découvert récemment Lee Bae au musée de st étienne . en fait j'aime entrer dans l'univers des autres, c'est passionnant.

Qu'aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Un bouquet de fleurs.

Que défendez-vous ?
La dignité humaine, sa conscience verticale.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas" ?
Zéro à zéro match nul ou l'histoire d'un suicide

Enfin que pensez vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?".
Le mouton est dur d'oreilles.