Evelyne-Winocq Debeire

winocq-debeire

»   le blog



Guide juridique et fiscal de l'artiste :
de Véronique Chambaud

Véritable vademecum de l'artiste, cet ouvrage s'adresse à tous les peintres, graphistes, sculpteurs, illustrateurs ou photographes qui souhaitent vivre de leur création. Cette 4e édition, entièrement actualisée, apporte des réponses claires et documentées aux questions juridiques, fiscales ou sociales que se posent les artistes pour : s'installer (statut juridique, choix d'un atelier, aides, obligations, statut social, impositions) ; vendre (détermination du prix, facturation, recours en cas d'impayé, vente en galeries, en salles des ventes, sur lnternet) ; tirer parti de la législation en matière d'oeuvres d'art (mécénat d'entreprise, dation, exonérations fiscales, TVA) ; s'entourer de professionnels (contrats avec les galeries, agents d'art, attachés de presse, relations avec les commissaires-priseurs) ; se protéger (droits de l'artiste, assurances, protection des oeuvres).
»  disponible sur Amazon

Le petit interview intempestif de : EVELYNE-WINOCQ DEBEIRE
par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Qu'est-ce qui vous fait lever le matin ?
L'envie. Les envies.

Que sont devenus vos rêves d'enfant ?
Globalement je les réalise (il pourrait y avoir des millions d'autres manières de les réaliser, bien entendu). Lorsque j'étais enfant, je voulais être "écrivain". Un peu plus tard, j'ai souhaité être peintre. Adolescente, je souhaitais "être" les deux.

A quoi avez-vous renoncé ?
Très certainement à ne pas m'éloigner durablement physiquement de la région, non pas pour mon travail mais pour veiller sur mes parents. Je dois avoir un sens aigu de la protection (sans étouffer les personnes aimées mais en étant attentive à ce qu'elles sont et à leurs besoins) .

D'où venez-vous ?
De St Florent le Vieil. Avec des origines lyonnaises et flamandes (Calais).

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
Très certainement un certain nombre de métiers classiques et à temps plein, difficiles à gérer sur de longues années. Sans doute la possibilité de "faire carrière" et le fait d'avoir une vie familiale traditionnelle (ceci dit, ces deux derniers points ne me correspondant absolument pas, je ne sais pas si l'on peut dire que je les ai plaqués). Ma façon de vivre me semble pour ainsi dire évidente par rapport à ce que je suis.

Qu'est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Certainement, par rapport à un nombre assez important de contemporains, une démarche s'inscrivant dans la durée (et notamment, en utilisant des châssis particulièrement robustes en bois exotique (réalisés par mon père) et en utilisant une recette (bain-marie de colle de peau/ lithopon/ blanc de Meudon....) de préparation de la toile datant du XIXème siècle. Je peins et utilise ce matériel avec l'idée que ce travail puisse s'inscrire dans le Temps (tout au moins, qu'il en ait la possibilité physique).

Où travaillez vous et comment?
Souvent par terre, plus rarement devant un chevalet (le chevalet me sert davantage à regarder ce que j'ai fait les semaines suivant la réalisation) dans la nature (au bord de la Loire, notamment), dans les ateliers de St Florent le Vieil et de Nantes, dans n'importe quelle autre pièce...

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ?
Les Blind Boys of Alabama, The Golden Gate Quartet, Gainsbourg.

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Huis clos de Sartre.

Quelles taches ménagères vous rebutent le plus ?
Les quoi ? Toutes sans exception. J'exècre particulièrement la vaisselle et le lavage de sol.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
Leroy et Rembrandt avant tout, mais aussi Titien, Cézanne,Vermeer, Morandi, Giacometti, Brancusi, Delacroix, Géricault, Chardin, Nebreda, Witkin...

Qu'aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Ce que je souhaiterais avoir, dans l'ordre de préférence... Tout d'abord, mon père vivant (je suis bien consciente que cela va être difficile pour mes 40 ans. Tout au moins, cela a été le cadeau qu'il m'a fait pour mes 39 ans) ; En second, une œuvre de Leroy (j'accepterais avec plaisir l'une de ses dernières toiles, mais saurais me contenter également d'une gravure sur cuivre - je pense notamment à certains paysages effectués dans les années 70) ; En troisième et en vrac, de la peinture, des voyages à l'étranger (la liste est disponible), un chien, des livres, voir un spectacle de Buto et, de toute manière, avoir un signe des personnes qui comptent pour moi (ce que j'espère être réciproque).

Que défendez-vous ?
Une certaine manière d'être au Monde : sensible, avant tout (sans être larmoyante, surtout !). Le fait de prendre son temps, de regarder, d'écouter. Mes convictions humaines et politiques (mais uniquement sur le mode de l'échange et sans prosélytisme, façon de faire que je ne supporte pas).

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
L'amour est tellement complexe... Entre ce que l'on ressent, le fait que ce soit une véritable démarche altruiste (tant est que c'est possible), notre éducation, ce que je suis en tant qu'être humain en général et à un moment M, ce qu'est l'autre... C'est une alchimie particulièrement complexe.

Et celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?"
A utiliser avec modération. Réponse trop dangereuse.