Fiona Banner

le site


Art-thérapie : La peinture qui guérit
Michèle Curinier

Sous la forme d'un bref récit poétique, mêlant son itinéraire à celui des personnes qu'elle accompagne, l'auteur nous initie à la pratique de l'art-thérapie, ici la peinture thérapeutique. Elle nous montre comment l'acte créateur bouscule le fondement même de l'être. Le geste nécessite une liberté intérieure qui ne peut être fabriquée par la pensée. Il s'agit d'un chemin à parcourir où les sens nous ouvrent à la créativité et à la spiritualité. Le corps, le mental et l'âme peuvent s'accorder, faisant sauter les verrous de la dualité qui nous morcellent. Si la voie thérapeutique conseille de regarder ses blessures pour mieux les surmonter, c'est en reconnaissant les forces qu'elles ont fait naître en nous, que nous pourrons guérir et retrouver la vie. C'est dans une approche multidimentionnelle de l'être humain, une approche moins fragmentée de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité, que l'on peut retrouver la joie en nous, l'élan vital qui guérit le corps et l'esprit, conduisant à notre véritable " moi ".
» Amazon




Le petit interview intempestif de FIONA BANNER
par Jean-Paul Gavard-Perret

Qu'est-ce qui vous fait lever le matin ?
LE matin.
(THE Morning).

Que sont devenus vos rêves d'enfant ?
Ce sont toujours mes rêves.
( I still dream them).

A quoi avez-vous renoncé ?
A fumer
(Smoking).

D'où venez-vous ?
De la rivère Mersey
(The River Mersey)

Qu'est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Une taupe sur ma fesse gauche.
(A mole on my left buttock)

Où travaillez-vous et comment ?
Mon travail n'a pas de réel lien avec les lieux sauf la caféine. C'est différent tout le temps. L'Est de Londres est le lieu où j'habite.
( I don't have any work related habits except caffeine. It's different all the time. East London is where I reside).

A qui n'avez vous jamais osé écrire ?
A personne
(No one).

Quelle musique écoutez-vous en travaillant ?
---

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Je lis toujours un livre deux fois… sauf si ça vaut mieux le lire qu'une seule fois.
(I always read a book twice… if is worth finishing in the first place, that is).

Quand vous vous regardez dans votre miroir qui voyez-vous ?
Je ne me regarde jamais dans des miroirs et je ne prends pas de photographies
(I never look in mirrors, and don't take photographs).


Quel lieu a pour vous valeur de mythe ?
Nous subissons tous des mythes sociaux, c'est là notre indulgence la plus grande
(We are all subject to societies myths, it our single biggest indulgence).

De quels artistes vous sentez-vous proche ?
Ceux qui habitent à la porte d'à côté et sur le palier.
(The ones that live next door and across the landing).


Quel film vous fait pleurer ?
La liste serait trop longue. Récemment « Senna » au sujet du coureur automobile brésilien Ayrton Senna
(Too many to list, most recently Senna, about the Brazilian Formula 1 racing driver Ayrton Senna. )


Qu'aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Un stylo vraiment agréable
(A really nice fountain pen, thankyou for asking).

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
Une connerie. Des grincements comme ceux de Snoopy dans un mauvais jour

(Bullshit. Sounds like Snoopy on a bad day).

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?"
Le travail d'un artiste est de poser des questions, pas d'y répondre.
(The job of the artist is to ask questions, not to answer them.)