Joël HUBAUT 

» le site



L'histoire de l'art occidental s'est écrite au rythme saccadé des scandales. Face aux canons dominants de la religion, de l'académisme, du goût bourgeois, de la décence ou de la tradition, les artistes ont de tout temps cherché à affirmer leur liberté. De la fresque du Jugement dernier de Michel-Ange au pape foudroyé par une météorite de Maurizio Cattelan, l'ouvrage raconte les grands scandales qui ont permis d'ouvrir des brèches et de lutter contre le conformisme tout au long de l'histoire de l'art. Controverses, rejets du public, déchaînements de la critique, censures, procès, emprisonnements, c'est une histoire passionnée que retrace ce livre. Ces scandales nous rappellent aussi que la liberté en art est un combat qui n'est jamais gagné d'avance.
raquo; Amazon




Le petit interview intempestif de : JOEL HUBAUT 
par Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Les désirs

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
Ils sont encore permanents, s'enchevêtrent, s'expansent, se font, se défont, se démultiplient, se transforment, y'a pas vraiment de rupture dans ce sens…. Je rêvais d'être artiste-peintre à 13 ans, poète à 15 ans puis  d'être une star du rock à 17 ans. Les choses ont pas mal vrillées mais tout c'est percolé entre les fuseaux et les rêves sont différents mais intacts, beaucoup d'utopie, de désirs inassouvis, j'en rêve en plein jour.

 A quoi avez-vous renoncé ?
A devenir chanteur de rock and roll dans un groupe mythique 
puis aux attractions futiles en général et surtout à toutes formes de vacances.....

D’où venez-vous ?
D'une sorte de bouse élémentaire , d'un plasma hybride mi-rural, mi urbain incongru et hors-champ, un peu comme si je venais de nul part.....

 Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
Rien

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Une dose énorme d'inconscience envers tout rendement
et une sorte de spontanéité sauvage au coup par coup, comme une sorte de non-carrièrisme tenace...

 Où travaillez vous et comment?
N'importe où et n'importe comment
Mon atelier est la plus part du temps impraticable, je le sature sans doute volontairement pour éviter d'y intervenir, ce qui me permets de me plaindre de ne jamais avoir de place pour travailler , de sorte que je travaille partout sauf dans mon atelier, d'ailleurs je suis assez anti-atelier tout en rêvant d'en posséder un immense, une usine même, sans jamais faire d'efforts pour y parvenir.......en fait , tout est parfait, je pense que le concept d'atelier est complétement obsolète et absurde, on peut faire de l'art partout sauf sûrement dans un atelier qui ne sert bien entendu qu'a confectionner des ouvrages commerciaux et séduisants pour le marché.

 Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ?
Hou! Là là j'écoute à 360° des musiques contradictoires selon les contextes, je peux passer de Patty Smith à Bourvil, des Residents à Maria Callas, de PanSonic aux chants éthniques mais le plus souvent quand je dessine j'écoute de la musique minimal et répétitive ( Phil Glass, Steve Reich, Terry Rilley, etc, ou Eric Satie ou bien encore de l'ambiant comme Phonelaï ou Max Marlow mais je reviens souvent vers le Velvet Underground etc.... etc etc... pour chercher des idées, lorsque je bidouille des objets, j'ai besoin de plus d'énergie pour me booster et c'est le rock qui produit le pulse le plus adéquate... bien entendu je parle du rock dans toute sa diversité évidement; blues, pop, indus, goth, métal, noise, électro-clash, tout y passe selon les horaires au gré des humeurs et sans hiérarchie...... impossible de donner une grille formatée, je suis cyclo-lunatique... jeune, j'ai toujours aimé les Rolling Stone autant que les Beatles en écoutant à fond de la musique contemporaine et des opéras. Ca n'a guère changé, sinon que tout c'est expansé. Les sex-Pistols restent un bon référents pour moi. Ces temps -ci, j'écoute beaucoup Philippe Katherine, et Plastikman par intermitence.

 Quel est le livre que vous aimez relire ?
Plusieurs à la fois, régulièrement et simultanément en repeat.... =
-Alice aux pays des merveilles, (au moins une fois par semaine des fragments)
-des poèmes de Claude Pélieu (depuis 30 ans, livres de chevet picoré chaque soir)
-Milles plateaux de Félix Guattari /Gilles Deleuze ((au moins une fois par semaine quelques phrases)

 Quelles taches ménagères vous rebutent le plus ?
Faire le lit.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
J'aime pas mal d'artiste très divers mais j'ai surtout besoin d'accoupler deux artistes à la fois pour en faire une entité parfaite à mon goût et avoir ce sentiment d'être raccord avec ce bi-artiste greffé, les artistes que j'aime en général sont toujours déceptifs par leur côté trop étriqué dans leur voie obcessionnelle. Je veux dire que l'artiste parfait serait un peu comme Buren/Topor pour moi , voilà un artiste dont je me sentirai proche, un hybride, un artiste -chimère comme Buren-Topor.
Dommage qu'Yves Klein ne faisait pas à la fois du Francis Bacon et Bacon du Klein. J'aurai aimé Filliou-Warhol ou encore Malevitch-Picabia, voilà, j'ai beaucoup plus de mal avec seulement Malévitch ou seulement Picabia. C'est ainsi. Aujourd'hui, j'aime beaucoup de jeunes artistes mais en chimère, 3 par 3 …. trois d'un coup pour en faire un seul! Ah! Ah! Ah! Ah! Ha! Je me sens proche de ces amas là. 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Je déteste fêter mon anniversaire mais j'adore faire des cadeaux pour l'anniversaire des autres.

Que défendez-vous ? 
L'engagement dans le flux du mouvement de l'imprévisibilité et le mix spontané nomadique comme ressource positive vitale pour une attention plus aigue, je défend l'émerveillement et l'indignation au quotidien.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? 
On parle de quel amour? Celui de soeur thérésa? De l'amour passionnel, du Dalaï Lama ou du coup de foudre ???

Et celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?":
Encore! Encore!