Robert Roman : le site

Contrats du monde de l'art de Véronique Chambaud.

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière : contrat d'exposition, de commande, de projet artistique, accord de dépôt-vente, bail d'atelier, mandat d'agent d'art, cession de droits de reproduction, etc. Après avoir précisé le cadre juridique des droits de l'artiste sur ses œuvres, les règles de rédaction et négociation des contrats du monde de l'art, il propose 25 modèles de contrats expliqués et adaptés aux exigences actuelles du marché de l'art. Pour chaque contrat, l'auteur étudie le contexte légal et jurisprudentiel, donne un commentaire pratique sur les différentes clauses proposées et fournit un mémo de négociation, pour savoir le négocier et pouvoir l'adapter.
A la fois théorique et pratique, l'ouvrage offre aux artistes, aux professionnels du marché de l'art et à leurs conseils un support de réflexion et une aide à la rédaction des contrats indispensables à la sécurisation des relations sur le marché de l'art et la défense des créations artistiques.
» en savoir plus

l'interview de Jean-Paul Gavard-Perret : ROBERT ROMAN


Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Penser à ce que je vais créer dans la journée. 
(Thinking about what I'm going to create that day).

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
Mes rêves d’enfants étaient de quitter la petite ville où j’ai grandi et voir le monde. …. Ces rêves sont  assez étonnamment devenus des réalités.
(My dreams as a child were to leave the small town I grew up in and see the world. Amazingly enough, those dreams have come true!)

A quoi avez-vous renoncé ?
A l’idée d’un paradis sous les tropiques avec une plage extraordinaire. Cela n’existe pas.
(I gave up on the idea of a tropical paradise with a perfect beach. It doesn't exist).

 D’où venez-vous ?
Je suis né dans le Maine à Houlton près de la frontière du Canada. C’est une ville fastidieuse et je ne pouvais qu’espérer d’être assez grand pour m’en évader.
(I was born in the northern Maine town of Houlton in the U.S.  - near the Canadian border. It's a small uninspiring town and I couldn't wait until I was old enough to "escape").

 Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
C’est une bonne question. Je pense que d’une certaine façon nous sommes tous identiques. Si vous voulez parlez de mes photographies, je travaille plus intuitivement que de manière méthodique et j’attends pour créer l’imagination ou une sorte d’évasion dans beaucoup de mes photographies. Peut-être que le cherche encore la plage extraordinaire.
(That's a good question. I think in some ways there are more similarities. If you're talking about my photography, I work intuitively rather than methodically and attempt to create fantasy or a form of escape in many of my photographs. Maybe I'm still searching for that perfect beach).

Où travaillez-vous et comment ?
Souvent ma femme me conduit aux alentours en voiture et je cherche des sujets à photographier. Quand le temps est mauvais cela m’inspire beaucoup. Pluie, brouillard, lumière sombre, nuages coléreux tout cela m’interpelle. J’essaye d’éviter le ciel bleu mais parfois c’est inévitable. J’achète aussi des appuis verticaux  et je les installe chez moi en ordre pour les photographier. J’ai un atelier à Portland (Maine). Après mes séances de prises, je retraite et charge mes photos sur un Mac. Et là la magie commence. Je photographie en noir et blanc depuis 30 ans – mais je travail exclusivement en digital maintenant et je présente à la fois photos couleurs et en noir et blanc.
( My wife often drives me around and I look for subjects to photograph. If the weather is bad I get very inspired. Rain, fog, odd light, and angry clouds all appeal to me. I try to avoid clear blue skies but sometimes it's unavoidable. I also buy props and arrange them in my home in order to photograph them. I have a studio in Portland, Maine. After shooting my images, I retreat there and download my photos into a Mac. That's when the magic begins. I shot B&W film for over 30 years - but work exclusively in digital now and exhibit both color and black and white).

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
A personne je pense. Je suppose que je ne voudrais pas écrire à un tueur pour qu’il soit libéré de prison . Aucun sens des ennuis.
(I can't think of anybody. I guess I wouldn't write to a killer thats about to be released from prison. No sense asking for trouble).

Quelle musique écoutez-vous en travaillant ?
Ma radio est toujours allumé lorsque j’édite mes photos. Je ne sais pas trop pourquoi car je n’écoute rien parce que je suis alors absorba par mes pensées. Aussi je ne peux vous dire ce que j’écoute alors. C’est la même chose pour les spots publicitaires lorsque je regarde la télévision. Mon esprit part ailleurs quand elles arrivent et si vous me demandez ce qu’on y raconte j’en sais rien.
Cependant j’aime la musique et j’assiste à des concerts. Ceux que j’ai préférés sont ceux de Van Morrison, Joe Cocker, Jerry Lee Lewis, Eric Clapton,  Les Rolling Stones, Paul Mac Cartney……..
(I always have a radio station playing while I edit my photographs. I'm not sure why because I don't hear anything except for what's in my head. So I couldn't tell you what was playing. The same goes for commercials when watching television. My mind goes elsewhere when they come on, and if you asked me what was being pitched, I wouldn't know.
I do love music however and attend live concerts. Favorite shows I've seen are Van Morrison, Joe Cocker, Jerry lee Lewis, Eric Clapton, Rolling Stones, Paul McCartney.............)

 Quel est le livre que vous aimez relire ?
“Pacific Sud » de J. A. Michener. Il a été présenté dans une programme télévisé au début des années 60. Je peux me souvenir : étendu sur le parquet du linving-room pour regarder cette émission. Elle m’emportait vers l’ailleurs.
(Tales of the South Pacific by James A Michener. It was made into a television program in the early 1960's. I can remember lying on the living room floor as a child and watching that show. It transported me to another place.)

Quand vous vous regardez dans votre miroir qui voyez-vous ?
Quelqu’un plus vieux que moi.
(Someone who looks much older than myself.)

Quel lieu a pour vous valeur de mythe ?
La liste est longue. La baie d’Halong au Vietnam, Easter Island, Callanish en Ecosse, Newgrange dans la proche banlieue de Dublin. C’est juste quelques noms parmi d’autres.
(The list is long. Halong Bay in Vietnam, Easter Island, Callanish in Scotland, Newgrange just outside of Dublin - just to name a few.)

 De quels artistes vous sentez-vous proche ?
Robert Frank, Christo, Sean Scully et Paul Gauguin même si je ne concours pas dans leur division.
(Robert Frank, Christo, Sean Scully, and Paul Gauguin - although I will never be in their league).

Quel film vous fait pleurer ?
Les films ne me font pas pleurer. Ils peuvent être fondés sur des histoires réelles mais cela reste du cinéma.
(Films don't make me cry. It may be based on a true story but still - it's only a movie.)

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Deux tickets pour une visite complète de Cuba.
(Two round trip tickets to Cuba).

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
Personnellement je pense que Lacan a souvent rate la cible. Et sa phrase en est l’exemple parfait.
(I personally think Lacan often missed the mark and that quote is a perfect example).

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?".
C’est une chose dangereuse à dire à quelqu’un. C’est tout ? 
Vous ne voulez-pas savoir la couleur de mes sous-vêtements ? Parfait par ce que je n’en mets jamais. Cela m’emprisonne.
(That could be a dangerous thing to say to someone. Is that it? Is this over? Don't you want to know the color of my underwear? Good because I don't wear any. Too confining!).