SERGIO SCHMIDT-IGLESIAS

» le site


Paris des peintres
de Frédéric Gaussen

Paris est l'une des villes au monde qui a le plus attiré les peintres. Mais la nature et les raisons de cet intérêt ont évolué avec l'histoire de la ville. Paris est une mosaïque de quartiers. Chacun a son histoire, son atmosphère, ses caractéristiques sociales et professionnelles. On retrouve cette diversité dans la façon dont les peintres les ont représentés chaque quartier a son style propre, son esthétique, ses sources d'inspiration. En flânant ainsi, de l'île de la Cité à la tour Eiffel, de l'Arc de Triomphe au parc Monceau et à la place Clichy, du boulevard Montparnasse au Quartier latin, du Louvre à la place des Vosges, c'est toute l'histoire de la peinture française, du Moyen Âge à nos jours, qui se déploie sous nos yeux. Cette promenade en images présente les sites les plus séduisants et les monuments prestigieux de la capitale. Mais elle montre aussi comment les peintres s'approprient les lieux pour en nourrir leur imaginaire. Et comment ils modèlent le regard que nous portons sur les paysages qui nous sont familiers.

» disponible chez Amazon


Le petit interview intempestif de : SERGIO SCHMIDT-IGLESIAS
par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Qu’est ce qui vous fait lever le matin ?
Ma première tasse decafé

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
Ils  se sont  réalisés. D’autres rêves sont encore avec moi, toujours formulés mais pas aboutis.

A quoi avez-­vous renoncé ?
A tondre le gazon et à avoir des enfants.

D’où venez-­vous ?
Je suis né au pays du Tango (ou presque)

Qu’avez-vous dû plaquer pour votre travail?
Mon pays.

Qu’est-­ce qui vous distingue des autres artistes ?
Avec quelques uns c’est l’âge, avec d’autres la palette et de couleurs… Et aussi en plus j'‘ai un petit accent.

Où travaillez-­vous et comment ?
Dans un lieu ni trop petit ni trop grand. Tout est en désordre : une accumulation de pinceaux usées et neufs. Et des bouteilles et des récipients de diverses tailles. Qui sont éparpillés partout, parfois à même le sol. Au mur et contre les murs sont accrochés des toiles vierges et des peintures qui sèches ou sont en cours de réalisation. Un capharnaüm où la poussière est partout ainsi que l’odeur de l’huile de lin et de l’essence de térébenthine.

Quelles musiques écoutez-­vous en travaillant ?
Surtout du jazz et sans modération : Stan Getz et Billie Holiday.

Quel est le livre que vous aimez relire ?
« L’œuvre au Noir » de Marguerite Yourcenar.

Quelles tâches ménagères vous rebutent le plus ?
Faire le lit, le ménage et faire la vaisselle. Refaire la mé
nage, refaire la vaisselle, refaire le lit.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?
Giacometti, Ensor, Soutine,Rothko et Jean Dubuffet.

Qu’aimeriez-­vous recevoir pour votre anniversaire ?
Le coffret avec les trois films muets de Franck Borzage « L’Heure Suprême »
« Lucky Star » et « l’Ange de la nuit ».

Que défendez-­vous ?
La liberté d’expression.

Que vous inspire la phrase de Lacan « L’amour c’est donner quelque chose qu’on a pas à quelqu’un qui n’en veut pas » ?
C’est connu « les histoires d’amour finissent mal en général ». Cheeta et Tarzan, Barman et Robin, César et Cleopâtre.

Et celle de Woody Allen « La réponse est OUI mais quelle était la question ? »
Que c’est encore un délicieux ouï-dire de W. Allen.