Shurooq Amin
le site


Art et Fiscalite, Droit Fiscal de l'Art 2011
par Véronique Chambaud

La fiscalité française de l'art est de plus en plus complexe. A la multiplication des réglementations s'ajoutent les difficultés nées de la qualification fiscale des activités artistiques et des oeuvres d'art. Cet ouvrage, entièrement mis à jour, donne les repères indispensables pour comprendre et utiliser le droit fiscal de l'art. Il clarifie les problématiques de la fiscalité du marché de l'art et examine les obligations et impositions des intervenants culturels, tant professionnels qu'amateurs. Il présente les mesures de soutien à la création artistique et en évalue l'incidence sur le statut fiscal des artistes selon leur spécialité (plasticiens, photographes, graphistes). Il étudie les régimes fiscaux spécifiques de l'art tels que l'imposition des revenus artistiques, de l'atelier d'artiste, l'achat d'oeuvres à un artiste, le mécénat culturel, la vente d'art sur l'Internet, l'acquisition de trésors nationaux, la taxation des ventes publiques, la TVA, etc.. Méthodique et pratique, à jour des dispositions applicables en 2011, cet ouvrage apporte aux professionnels de l'art, aux artistes, aux collectionneurs et à leurs conseils, les éléments d'action et de réflexion nécessaires à leurs obligations et décisions fiscales. » disponible chez Amazon

Le petit interview intempestif de : SHUROOQ AMIN
par Jean-Paul Gavard-Perret


 Qu'est ce qui vous fait lever le matin ?
L’ambition  de m’améliorer, l’espoir pour le monde, la possibilité d’un miracle.
( Ambition to better myself; hope for the world; the possibility of a miracle.)
 

Que sont devenus vos rêves d'enfant ?
Je les vis. Ceux qui ne se sont pas encore réalisés dans le passé commencent à devenir une réalité. J’en suis sûr.
(I'm living them. Those that haven't come true yet, are on the path to becoming reality. I'll make sure of that).


 A quoi avez -vous renoncé ?
Au temps (j’ai “perdu” toutes mes montres. Le mariage (divorcé).
(Time (I "lost" all my watches). Marriage (divorced).)

 D'où venez-vous ?
De l’amour. Du soleil. De la lune.
(Love. The sun. The moon).

Un plaisir -quotidien ou non ?
Rire avec mes enfants. Tous les jours.
(Laughing with my children. Daily.)

 Qu'est -ce qui vous distingue des autres artistes ?
Ce que je suis. Ce que j’ai réussi à atteindre contre toute attente. J’ai une indiscutable confiance en mes pouvoirs.
(That I'm me. That I've risen against all odds. I have an indisputable belief in my powers.)

 Où travaillez-vous et comment ?
 Dans mon atelier près de ma maison.
De manière imprévisible, sans routine. Je m’en remets à ma totale inspiration qui abonde.
(In my studio, from my home. Erratically, with no routine. Relying on pure inspiration, which is abundant).

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
J’ose. Croyez-moi, j’ose. Il n’y a personne que l’on ne peut atteindre. Nous sommes tous des humains.
(I dare. Believe me, I dare. There is no one you cannot reach. Everyone is human.

Quelles musiques écoutez -vous en travaillant ?
Dido, Norah Jones, James Blunt et il y a des jours Chopin et des jours rock.
(Dido, Norah Jones, James Blunt, and there are Chopin days, and there are Rock music days).

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Je ne relis jamais. Je ne répète jamais.
(I don't read anything twice. I never repeat).

 Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez vous ?
 Je me vois comme lorsque j’avais 18 ans (J’en ai maintenant 43).
I see me, still 18 years old (I'm now 43).

 Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
Rome. Paris.

 Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche
Frida Kahlo, Georgia O'Keeffe.

Qu'aimeriez vous recevoir pour votre anniversaire ?
Le cœur de quelqu’un. L’amour.
(Someone's heart. Love).

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on a pas à quelqu'un qui n'en veut pas" ?
Nous avons tous de l’amour en nous. Nous sommes tous nés ainsi ; certains d’entre nous perde ce sens en grandissant. Je donne tout l’amour chaque jour à qui que ce soit qu’il le veuille ou non. Pour ceux qui ne le veulent pas ils seront malgré tout plus heureux parce qu’ils auront reçu de l’énergie positive sans même savoir comment ou pourquoi. Et si une seule personne ressent cet amour elle renverra de l’amour aussi.
( We all have love in us. We're born that way; some of us lose our way as we grow up. I give love all day, every day, whether anyone wants it or not. To those who don't want it, they will be happier despite that, because they will receive strong positive energy, without even knowing why or how. And if one person feels love, they will send out love, too.)
 

Et celle de W . Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question" ?
Pour moi la réponse à cette question est : Avez-vous peur de la mort ?.
(The question for me is: "Are you afraid of death?").