TOM HUNTER

» le site


Contrats du monde de l'art
de Véronique Chambaud.

Cet ouvrage rassemble les contrats et accords essentiels dont un artiste a besoin tout au long de sa carrière... ... » la suite


La grande falsification : L'art contemporain de Jean-Louis Harouel

Le néant artistique abusivement appelé art contemporain est la lointaine suite de la crise de la peinture déclenchée par le progrès technique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Sous l'effet de cette crise, la religion de l'art inventée par le romantisme s'est trouvée privée de sens. La délirante sacralisation de l'artiste par la philosophie allemande, qui lui conférait le statut de voyant, de messie, de philosophe, a basculé au XXe siècle dans l'absurde, le dérisoire, voire l'abject. Tel est le prétendu art contemporain: une religion séculière de la falsification de l'art, où l'adoration de l'art a fait place à celle du soi-disant artiste, et où l'œuvre d'art se trouve remplacée par n'importe quoi pourvu qu'il ne s'agisse pas d'art. Aussi bien tout cela est-il aujourd'hui très vieux. Dès les débuts du XXe siècle, les figures les plus radicales des avant-gardes avaient été au bout de la logique du remplacement de l'art par n'importe quoi. Tout ce qui s'est fait depuis dans ce sens n'est qu'une fastidieuse rabâcherie. Né de la volonté politique de la classe dirigeante américaine au temps de la guerre froide, le succès mondial du prétendu art contemporain est à beaucoup d'égards un accident de l'histoire. Il n'en reste pas moins que l'aberrant triomphe de cet ersatz d'art renvoie les sociétés occidentales actuelles à leur profonde déculturation.
» disponible chez Amazon



Le petit interview intempestif de : TOM HUNTER
par Jean-Paul Gavard-Perret

 

Tom Hunter s'inspire de la vie des gens ordinaires de son quartier Il les contacte en discutant avec eux, les trouve dans des articles de la gazette locale et élabore avec un important travail photographique, provocateur et énigmatique la plupart du temps d'après les peintures du passé de grands maîtres comme Vélasquez, Caravage, Gaugin. A travers son travail il aborde les thèmes de la pauvreté, la violence, la prostitution, l'habitat, et la vie des différentes communautés de Hackney. Il a reçu en 1998 le John Kobal Photographic Portrait Award à la National Portrait Gallery pour une de ses photographies qui a fait sensation et qui fut inspirée d'une composition d'un tableau de Vermeer et de son quartier de Hackney. Depuis, ses photos ont été montrées dans le monde entier.
Ses œuvres sont exposés à la Purdy Hicks Gallery de Londres et à la Yancey Richarson Gallery à New York.

Qu'est-ce qui vous fait lever le matin ?
Mes enfants qui sautent sur mon lit.

Que sont devenus vos rêves d'enfants ?
J'ai suivi un long tunnel qui a mené à une maison de sorcières.

Qu'avez-vous dû abandonner ?
Je ne suis pas un dégonflé.

D'où venez-vous ?
De l'extérieur d'un petit village du Dorset rural en Angleterre avec collines, bois, cours d'eau et granges.

Qu'est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
Je vais mon chemin sans intérêt pour l'argent ou qui s'en soucie.

Où travaillez-vous et comment ?
Je travaille à Hackney le quartier populaire dans l'Est de Londres. Je regarde, je rencontre des gens qui y vivent, j'engage avec eux des discussions, j'écoute leurs histoires et j'essaye de raconter les histoires que j'entends autour de moi.

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?
A mes amoureuses.

Quelle musique écoutez-vous en travaillant ?
Je n'écoute jamais de musique en travaillant. J'écoute les bruits du trafic urbain, les avions, les voix dans la rue, la pluie, le vent dans les arbres, les oiseaux.

Quel livre aimez-vous relire ?
Aucun, je veux toujours lire quelque chose de nouveau.

Qui voyez-vous lorsque vous vous regardez dans un miroir ?
Personne qui me ressemble.

Quel lieu a valeur de mythe pour vous ?
La ville où je vis, la campagne. Tout lieu où il y a eu des homme il y a une histoire à raconter et un mythe. J'aime lire ou écouter ces histoires.

De quel artiste vous sentez-vous le plus proche ?
Thomas Hardy.

Quel film vous fait pleurer ?
"Dumbo". J'aime les éléphants.

Qu'est-ce que vous aimeriez recevoir pour votre anniversaire ?
Un barbecue et une journée au soleil.

Que pensez-vous de la phrase de Lacan : « L'amour c'est donné quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas ? »
Je donne de l'amour, le partage et en obtiens.

Et celle de Woody Allen "La réponse est oui mais quelle était la question ? »
Croyez-vous en l'amour.