GRANDS MAITRES : Yves KLEIN


Repères

1928 - Naissance d'Yves Klein
1947 - rejoint les Rose-Croix
1956 - les premiers "IKB"
1960 - les Anthropométries 1962 - Décès d'Yves Klein

Yves Klein
par Charles Wilp


Yves Klein, le peintre de l'infini
par André Bonet




Laissez-vous guider par André Bonet dans le monde extra... extraordinaire de son livre Yves Klein, le peintre de l'infini. Une promenade dans la vie à'Yves le monochrome, de sa naissance à son adolescence pleine de rêves d'absolu, à sa vie d'artiste dans le Paris des années 50, jusqu'à cet incroyable Saut dans le vide à Fontenay-aux-Roses, véritable parabole biblique des temps modernes.
> disponible à la FNAC

Yves Klein. Manifester l'immatériel
par Denys Riout




En avril 1958, Yves Klein, connu pour ses monochromes et son attachement au bleu, présentait une exposition dans laquelle nul tableau, nulle sculpture, nul objet n'étaient visibles.

Cette manifestation, bientôt nommée «exposition du vide», a fait date. Or ce titre qui n'était pas dû à l'artiste, rend son projet à peu près incompréhensible. Klein expliqua pourtant à de nombreuses reprises ses intentions. Grâce à cette «immatérialisation du tableau», il espérait «créer une ambiance, un climat pictural invisible mais présent» capable de manifester, par son rayonnement, l'essence même de la peinture : la «sensibilité picturale immatérielle». Depuis sa première tentative d'une présentation de la «sensibilité picturale invisible», en 1957, jusqu'à sa mort, survenue en 1962, à l'âge de trente-quatre ans, Yves Klein n'a jamais cessé d'approfondir et d'affiner son propos. Parallèlement, il imagina d'utiliser le corps de jeunes femmes comme «pinceaux vivants». Apposant l'empreinte de leur chair sur des supports disposés à cet effet, elles réalisèrent des peintures parfaitement visibles : des «Anthropométries». Loin de relever d'une aspiration contradictoire, ces deux modalités d'existence de son œuvre s'appuient sur une articulation qui est au cœur du Mystère chrétien fondamental, l'Incarnation. Telle est du moins l'intuition développée dans cet essai.
> disponible à la FNAC
Yves Klein est né en 1928.

Bien qu'ayant connu une carrière artistique de seulement huit ans (de 1954 à 1962), Yves Klein est reconnu comme l'un des plus importants protagonistes de l'après-guerre avant-gardiste.

Issu d'une famille de peintres, il s'oriente dans un premier temps vers la discipline du judo qu'il pratique à partir de 1947 à Nice avec Arman et Claude Pascal, puis au Japon, au Kodokan de Tokyo. Cette pratique du judo dont il devient un maître forgera les bases de la pensée qui nourrira son oeuvre et son «chemin de vie», toujours intimement mêlés.
Comme l'enseignement des Rose-Croix ; sa dévotion à sainte Rita ; la lecture de Bachelard et la fréquentation d'artistes novateurs tels Arman et Jean Tinguely auprès desquels il fondera le groupe des Nouveaux Réalistes, avec le critique d'art Pierre Restany

Yves Klein meurt à Paris en 1962 d'une crise cardiaque à l'âge de trente-quatre ans et laisse une carrière immense et fulgurante dans la lumière de ses monochromes bleus.

Yves Klein
IKB65, 1960


L'IKB 65 - IKB pour International Klein Blue - est le bleu qu'utilisa Yves Klein sur de nombreuses œuvres (toiles, sculptures, éponges...).
C'est vers 1956 qu'il met au point sa fameuse formule. Ses premiers monochromes IKB sont exposés en 1957 et inaugurent son époque bleue. Dans le cadre d'un contrat avec le théâtre de Gelsenkirchen, il travaille pour la première fois en 1957/58 avec des éponges teintes d'un bleu profond pour ses peintures murales. Il créera plus tard des reliefs spongieux et des sculptures d'éponges.
En mai 1957, Yves Klein célèbre l’avènement de l’époque bleue par un lâcher de 1001 ballons le soir du vernissage d’une double exposition à Paris. Ce geste, que Klein qualifiera plus tard de sculpture aérostatique sera reproduit 50 ans plus tard sur la piazza du Centre Beaubourg, à l’occasion de la clôture de l’exposition que le Musée national d'Art moderne lui consacrera en 2006-2007.
source : Wikipedia

Yves Klein
Anthropométrie - ANT 100

Klein entretient un rapport très particulier avec le corps. La présence de corps nu dans son atelier lui est nécessaire pour stabiliser la matière picturale , en particulier pendant l’illumination provoquée par l’exécution des monochromes.
Il ne peint pas ses modèles comme les figuratifs mais en leur compagnie. Elles se baladent alors nues dans l’appartement, parfois en compagnie de sa femme, Rotraut.
Klein comprend vite que leur simple présence dans son atelier est insuffisante. Même si elle imprégnait selon lui l’atmosphère qu’elles créaient dans les monochrome, cette imprégnation serait encore plus réussie si les modèles eux-même peignaient le monochrome.
S’en suivent donc ce que l’on qualifie d’anthropométries, où le corps féminin agit tel un pinceaux vivant sur la toile, le corps enduit de couleur, elle rampe sur la feuille de papier à même le sol sous l’œil d’Yves Klein qui lui, la dirige et l’invite à passer sur les endroits où la peinture n’est pas encore appliquée. Tous moindres gestes du modèle ont été répétés au préalable et Klein donne l’initiative soit à lui soit au modèle suivant ses différents écrits.
Klein désigne cet exercice comme une collaboration. et déclare : je ne les ai jamais touchées, d’ailleurs c’est pour cela qu’elles avaient confiance et qu’elles aimaient collaborer, et aiment encore collaborer ainsi, de tout leur corps à ma peinture.
Cette décision d’entreprendre les anthropométries est aussi due à un événement de son temps qui l’a marqué qui est les traces des personnes laissées sur les murs lors de l’explosion à Hiroshima dont il réalisera d’ailleurs une anthropométrie au nom de la ville de l’événement.
Le bleu n’est pas l’unique couleur présente dans les anthropométries mais celles-ci peuvent être comme l’une de ces premières : anthropométrie, ANT121 datée vers 1960 qui est dorée sur fond noir. Beaucoup de suaires comportent la couleur rose. Certaines sont même la réunion des trois couleurs, l’or, le rose, le bleu IKB. D’autres anthropométries furent réalisées avec le feu. Dans c e cas, les modèles appliquaient leur corps humide sur la toile. Ainsi les empreintes des corps des femmes se révélaient sous l’action du feu. Il y mélange aussi parfois la peinture.

Les anthropométries servent alors de passage à double sens du visible à l’invisible, du matériel au spirituel et du charnel au divin. Elles le font en l’absence spectaculaire de l’artiste. Yves Klein est, de par son œuvre et sa posture, l'une des grandes figures de l'art moderne français. Il a été en avance sur son siècle, et conscient de la radicalité de sa position. Il a ouvert l’art sur l’immatériel. Pour lui, l’or le rose et le bleu sont une seule et même couleur et forme une trilogie chromatique au complet.

source : Wikipedia

Je signe mon nom au dos du ciel. Je passe de l'autre côté du ciel.
Yves Klein

Devenir partenaire
Exposer sur Arts-up

... en savoir plus

Yves Klein
Anthropométrie (ANT 130)




Yves Klein
Anthropométrie 1001 (ANT 101)



Yves Klein
MGB (1962)



Yves Klein
Anthropométrie 1001 (ANT 101)



Yves Klein
RE26 (1960)


Des milliers de reproductions d'oeuvres d'art sur AllPosters.

Cliquez ici pour les posters et affiches!
posters et affiches!