GRANDS MAITRES : René Magritte


Repères

1898 - Naissance de Magritte
1923 - Découverte de Chirico
1929 - La trahison des images
1953 - Golconde
1967 - Décès de Magritte


photographie de René Magritte




Un panorama de la vie, de l'oeuvre et de la pensée de René Magritte (1898 - 1967), figure majeure du surréalisme. Répondant à la typologie de la collection Atelier du Monde, le texte est réparti en trois parties. Dans la première, la notion d'atelier permet d'appréhender l'évolution de l'oeuvre de Magritte à travers les supports que l'artiste a développés comme moyen d'expression privilégiés : la peinture évidemment, mais aussi l'écriture sous toutes ses formes - du tract surréaliste au titre conçu comme un épigramme -, l'affiche, la gouache, le multiple, la photographie, le cinéma, l'objet, la sculpture et même l'exposition. L'accent sera mis sur la dimension dadaïste de l'oeuvre, généralement sous-estimée. La deuxième partie de l'ouvrage se concentre sur les objets à travers lesquels Magritte a élaboré de manière théâtrale l'univers symbolique qui est le sien : les objets quotidiens, la théâtralisation de l'apparence, la virtualité de l'image et sa valeur " publicitaire " , la fonction photographique, l'hypertrophie de l'objet... : autant d'angles d'approches thématiques qui renvoient à une philosophie du langage et, dès lors, de l'image. La dernière partie met en situation les lieux qui ont favorisé l'éclosion de l'oeuvre de Magritte. disponible sur Amazon

Magritte
La Reproduction Interdite (1937)

René Magritte est né en 1898 à Lessines (Belgique).) Son père est tailleur et sa mère modiste. Les Magritte ont des soucis d'argent et le couple déménage souvent autour de Charleroi au gré des vississitudes financières.

Il est encore adolescent quand sa mère se suicide. Dépressive, elle s'enfuira une nuit de chez elle pour se jeter d'un pont. On la retrouvera morte quelques jours plus tard le visage couvert de sa robe de nuit. Cette mort a profondément marqué Magritte. L'image du visage recouvert d'un drap est d'ailleurs présente dans beaucoup de ses tableaux. De plus, bien qu'il nie toute relation de cause à effet, on perçoit chez Magritte de nombreux signes de dépression et de mélancolie, sorte de projection du mal de vivre de la mère vers son fils.

Il est confié à sa grand-mère. Il se passionne alors pour les films de Fantômas, lit Robert Louis Stevenson, Edgar Allan Poe, Maurice Leblanc et Gaston Leroux.

Un an plus tard, lors d’une fête foraine à Charleroi, il rencontre une fille de treize ans dont le père est boucher à Marcinelle. Elle s’appelle Georgette et si la vie les sépare quelque temps, elle finit par les réunir pour toujours. Georgette, c’est « l’amour fou », la muse, l’unique modèle.

En 1916, Magritte s’inscrit à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles et suit les cours de littérature de G. Van Eekhoud et ceux du peintre Constand Montald. Il rencontre E. L. T. Mesens et Marcel Lecomte qui l’introduisent dans le milieu Dada.
Il découvre l'oeuvre de Chirico, Le chant d'amour, “Chirico fut le premier à rêver ce qui doit être peint et non de la façon dont il faut peindre”, dit-il. Ce n'est cependant qu'en 1926 qu'il crée Le jockey perdu, considéré par lui comme sa première toile surréaliste réussie.

En 1927, il quitte la Belgique et s’installe au Perreux-sur-Marne, (Val-de-Marne). Il rencontre les surréalistes (André Breton, Paul Éluard, Max Ernst, Salvador Dalí) et participe à leurs activités.

Il rentre à Bruxelles en 1930. A partir de cette époque la reconnaissance vient peu à peu, en Europe puis aux en Amérique mais non sans à coups. Ainsi en 1948 a lieu sa première exposition parisienne où il présente, par esprit de provocation, des toiles dans un style “vache” ou “fauve”, véritable “attentat belge contre le bon goût français”, provoquant la colère des amateurs qui n'achètent rien.
Mais les expositions internationales réussies finissent par se succèder : New York, Rome, Rotterdam, Stockholm...

Il meurt d’un cancer à soixante-neuf ans en 1967. Il est enterré aux côté de son épouse Georgette au cimetière communal de Schaerbeek. Sa sépulture fait l’objet d’une procédure de classement comme monument et site.


Magritte
La trahison des images (1929)


La Trahison des images est un des tableaux les plus célèbre de René Magritte. L'intention la plus évidente de Magritte est de montrer que même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe. Elle ne reste qu’une image de pipe qu'on ne peut ni bourrer, ni fumer, comme on le ferait avec une vraie pipe.

Magritte
Golconde(1953)
Golconde est une ville et une forteresse en ruines situées à 8 kilomètres à l'ouest de la capitale Hyderâbâd de l'État indien de l'Andhra Pradesh.



Un petit bonhomme
Un petit bonhomme vêtu d'un pardessus sombre et coiffé d'un chapeau melon, traverse l'œuvre de Magritte. Autoportrait ? Ce personnage, tantôt « Homme assis » (bien que représenté debout, l'auteur jouant ici sur le sens propre et le sens figuré), tantôt « Fils de l'homme » (il a alors la face cachée par une pomme, allusion au péché originel ?), tantôt multiplié à l'infini dans « Golconde » (il tombe sur la ville comme tombe la pluie), ce personnage va son chemin, imperturbable, comme Magritte... Le peintre, en dépit d'un abord sage et simple, d'une vie apparemment lisse, sut créer des images cocasses, mystérieuses, inquiétantes - mais jamais méchantes - qui s'inscrivent au patrimoine de l'Homme moderne. Il est un des rares à avoir su toucher les gens quel que soit leur niveau de culture. C'était un poète joueur qui, à ce titre, devrait séduire les jeunes générations.

Jeu de titres :
Magritte n'inventait pas lui-même les titres de ses oeuvres. Il avait l'habitude de réunir ses amis, le groupe surréaliste belge, et de leur soumettre ses dernières créations. Là, au cours d'une séance de création collective, l'intitulé était trouvé et adopté ; intitulé, évident quelquefois, paradoxal souvent, incompréhensible parfois, qui apporte toujours à l'œuvre un éclairage décalé.


Il faut que la peinture serve à autre chose qu’à la peinture
René Magritte

Devenir partenaire
Exposer sur Arts-up

... en savoir plus

Magritte : le DVD


Magritte
Le château des Pyrénées (1959)




Magritte
Le fils de l'homme (1964)




Magritte
Le blanc-seing (1965)




Magritte
La victoire




Cliquez ici pour les posters et affiches!
posters et affiches!