GRANDS MAITRES : Jan Van EYCK


Le siècle de Van EYCK
Till-Holger Borchert



En résumé
Cet ouvrage se penche sur les relations artistiques, culturelles, socio-économiques et politiques complexes entre les Pays-Bas bourguignons et la Méditerranée. Il présente un panorama somptueusement illustré de l'oeuvre de Jan van Eyck et de ses disciples.

Mot de l'éditeur
L'émergence des primitifs flamands et la dissémination de leurs œuvres dans toute l'Europe coïncideront avec une des périodes les plus fascinantes de l'histoire de l'Europe occidentale, située approximativement entre 1430 et 1530, Cette phase de transition entre la fin du Moyen Age et le début de l'époque moderne se caractérisa par une série de changements fondamentaux - économiques, politiques, religieux, sociaux et, au sens le plus large du terme, culturels. Ce n'est pas par hasard que des artistes comme Jan van Eyck, le Maître de Flémalle, Rogier van der Weyden, Hugo van der Goes, Hans Memling et Gerard David s'imposèrent au moment même où se formait et se développait, dans les riches provinces des Pays-Bas et les régions environnantes, un puissant Etat bourguignon. Le succès de la " culture bourguignonne " à l'étranger fut le reflet de l'importance politique croissante de la Bourgogne. D'entrée de jeu, des membres des communautés de négociants et de financiers italiens, espagnols et portugais résidant en Flandre, comme les Arnoltini et les Portinari, mirent un point d'honneur à commanditer ces peintres flamands dont les ouvres étaient si avidement recherchées par les princes et le patriciat urbain de leur pays d'origine. Les Sforza de Milan envoyèrent Bugatto, leur peintre officiel, parfaire sa formation sous l'égide de Rogiervan der Weyden, Alphonse V d'Aragon ordonna à son peintre Dalmau de faire le voyage des Pays-Bas, et Isabelle de Castille fit de Juan de Flandes son peintre de cour, aux côtés d'autres gens du Nord. Par ailleurs, la diffusion des ouvres d'art flamandes dans le sud de l'Europe fut une source d'inspiration pour des artistes français, italiens et ibériques comme Jean Fouquet, Filippo Lippi, Antonello de Messine, Bartolomé Bermejo et Nuno Gonçalves. A travers différentes études rédigées par des spécialistes de renommée internationale, cet ouvrage se penche sur les relations artistiques, culturelles, socio-économiques et politiques complexes entre les Pays-Bas bourguignons et la Méditerranée. Il présente un panorama somptueusement illustré de l'œuvre de Jan van Eyck et de ses disciples, et il révèle leur influence sur l'évolution de la peinture dans le midi de la France, en Italie, en Espagne et au Portugal, reproduisant pour la première fois en couleur nombre des plus belles œuvres de la Renaissance européenne.

> commandez à la FNAC



Jan Van Eyck
L'homme au turban



Jan Van Eyck
Gonella, le bouffon du duc de Ferrare



Jan Van Eyck est né vers 1390 à Maastricht. Les premières années de sa vie sont mal connues.
Dans les années 1422-1424, il est employé à La Haye, à la cour de Jean de Bavière, comte de Hollande. Après la mort de Jean de Bavière, en 1425, il rejoint en Flandre son frère, Hubert van Eyck, également peintre. Il entre alors au service du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, dont il devient l'homme de confiance et le conseiller secret. Il entreprend des voyages pour lui. Il participe à des ambassades bourguignonnes en Espagne pour négocier le mariage du duc avec Isabelle d'Urgel et au Portugal pour demander la main de l'infante Isabelle dont il réalise deux portraits.

Van Eyck est l'auteur de nombreuses fresques à Bruxelles et à Bruges, aujourd'hui disparues. Il reste de cette époque, le célèbre retable, "l'Agneau mystique", qui se trouve dans la cathédrale Saint-Bavon de Gand. Commencée par son frère Hubert qui meurt en 1426, Jan Van Eyck achèvera, en 1432, cette œuvre considérée comme une oeuvre majeure de la peinture occidentale. Le retable, avec ces nombreuses scènes, était exposé ouvert les jours de fête et fermé les jours de semaine sous une apparence plus sobre, inspiré d'une fresque de Masaccio à Florence ("la vierge, la sainte trinité, saint Jean et les donateurs").

Hubert et Jan Van Eyck
"l'agneau mystique" (déplié) - (1426 - 1432)



Hubert et Jan Van Eyck
"l'agneau mystique" (fermé) - (1426 - 1432)
huile sur bois - dimensions de chaque panneau : 146 cm x 51 cm



Mort en juin 1441, il fut enterré dans l'église Saint-Donatien de Bruges, ville flamande où il passa la majeure partie de sa vie.


Jan Van Eyck
Madone avec l'enfant et le Chanoine Joris van der Paele (1436)


Jan Van Eyck
la crucifixion ( vers 1420)
un des plus anciens tableaux attribué à Jan Van Eyck


Dès le 15ème siècle, Jan Van Eyck sera considéré comme un artiste exceptionnels par des érudits italiens. Jan Van Eyck sera aussi à la source de cette école du nord de l'Europe qui verra les peintres flamands et hollandais s'efforcer de représenter le réel et le quotidien. On retiendra enfin que Jan Van Eyck fut un des premiers peintres à porter un regard amusé sur la nature humaine, ce qui l'amena à désacraliser la peinture religieuse et à s'intéresser à la figure humaine prise pour elle-même.

Devenir partenaire
Exposer sur Arts-up

... en savoir plus

Jan Van Eyck
Les époux Arnolfini



Cette peinture sur bois (82 par 60 cm) de Jan van Eyck, réalisée en 1434, est exposée à la National Gallery de Londres. Ce tableau est typique de la Renaissance avec le style de coup de pinceau et des differents types d'ombrages, mais surtout parce que c'est l'une des premières peinture à l'huile. En effet jusqu'à la création de cet oeuvre, les peintres utilisaient du jaune d'oeuf et des pigments pour faire de la peinture. Jan Van Eyck lui a mélangé de l'huile de lin avec de l'essence térébenthine, ainsi, la peinture sêche plus vite et garde l'éclat de ses couleurs beaucoup plus longtemps. Le tableau « Les époux Arnolfini » est de ce fait une nouvelle approche des visions picturales de ce siècle. Van Eyck, est un des premiers à utiliser la technique de la perspective, que l'on peu constater dans cette oeuvre par les lignes du parquets, les rebords de la fenêtre, le lit... Il existe un autre portrait de Giovanni Arnolfini peint en 1438 par van Eyck à la Gemäldegalerie de Berlin Giovanni fils de Arrigo Arnolfini était né à Lucques vers 1400 et s’installa à Bruges vers 1421, les archives de Bruges contiennent la trace d’une grande vente de soie et chapeaux qu’il y effectua le 1er juillet de cette année là. Vers 1423 il vendit au Duc de Borgogne une série de six tapisseries avec des scènes de Notre Dame pour un cadeau au pape. En 1431,il devint conseiller aulique de Philippe III de Bourgogne Philippe le Bon, puis chambellan et majordome de Charles le Téméraire. Il fut anobli en 1462. En 1446, il accorda un prêt au duc et celui-ci en contrepartie lui accorda la ferme des droits de douanes sur les marchandises importées d’Angleterre par la suite renouvelée pour six années supplémentaires. Il épousa Giovanna Cenami d'une famille de banquier de Lucques installé à Paris. Le tableau pourrait représenter les fiançailles ou le mariage. Les Arnolfini habitaient à Paris rue de la Verrerie dans le quartier St Jacques de la boucherie. Giovanni entretint des relations cordiales avec le Dauphin, futur Louis XI, qui s’assura la collaboration de Giovanni dés sa montée sur le trône. Louis XI nomma Giovanni conseiller et garde des finances de Normandie et accorda en 1465 la nationalité française à Giovanni, ce qui facilita les relations avec la République de Lucques qui prêta d’importantes sommes au Roi. Il mourut le 11 septembre 1470 et fut enterré dans la chapelle des marchands lucquois à Bruges. Sa femme et lui léguèrent tous leurs biens à Jean Cename,leur neveu, seigneur de Luzarches
source : wikipedia

Jan Van Eyck
Portrait de Margaret van Eyck (1439)



Des milliers de reproductions d'oeuvres d'art sur AllPosters.

Cliquez ici pour les posters et affiches!
posters et affiches!