Mouvements artistiques

Gothique


Retables
L'âge gothique de la Renaissance
de Caterina Virdis-Limentani

Appelé retable, car placé derrière la table d'autel, dit aussi polyptyque, parce que c'est un ouvrage aux nombreuses pliures, le « tableau multiple » prend aux XVe et XVIe siècles des formes particulièrement spectaculaires à travers l'Europe. Religieux par définition, il se développe en hauteur et en largeur, et peut occuper le mur entier d'une chapelle; parfois, le nombre de ses panneaux augmente pour aboutir à des solutions aussi saisissantes que le retable majeur de la cathédrale de Palencia, en Espagne. Caterina Limentani Virdis et Mari Pietrogiovanna nous invitent à découvrir l'extrême variété de ces oeuvres imposantes, en passant en revue les plus célèbres comme le Retable de l'agneau mystique des frères Van Eyck ou le Tryptique de Mérode du Maître de Flémalle, mais aussi certaines moins connues - le Retable du couronnement de la Vierge notamment; conservé dans une petite église de montagne, dans le Tyrol. Nous conduisant de l'Europe du Nord à l'Italie et à l'Espagne en passant par la Provence, les auteurs mettent en lumière les différents jeux d'influence qui ont marqué cette production. Les courants artistiques circulaient alors grâce aux artistes et aux souverains qui n'hésitaient pas à déplacer leur cour, à l'instar du roi René, et les commanditaires-nobles, bourgeois, ordres religieux, confréries, villes, etc. - jouaient un rôle déterminant, surtout dans les choix iconographiques. Ainsi, à côté des scènes religieuses traditionnelles prend place sur les retables une chronique de la vie quotidienne de l'Europe de la Renaissance, de même que de ses doutes et de ses angoisses, comme le traduisent les univers de Jérôme Bosch ou de Matthias Grünewald. De nombreux détails en pleine page permettent de restituer une partie de l'émotion ressentie devant ces oeuvres étonnantes, et pour parfaire l'illusion, huit d'entre elles sont présentées sous forme de grands dépliants.

Les auteurs :
CATERINA LIMENTANI VIRDIS enseigne depuis une vingtaine d'années l'histoire de la peinture flamande et hollandaise à l'université de Padoue. Auteur d'un très grand nombre de publications, en Italie ou à l'étranger, elle participe régulièrement à des colloques internationaux. Elle a coordonné les catalogues de plusieurs expositions à Padoue, Sassari et Venise notamment Le delizie dell'Inferno. Jheronimus Bosch e altri fiamminghi restaurati, Palazzo Ducale, 1992. Parmi ses publications, on notera également « Jérôme Bosch », in Les Primitifs flamands et leur temps (Bruxelles, 1994).
MARI PIETROGIOVANNA enseigne l'histoire de l'art flamand et hollandais à l'université de Padoue. Elle donne régulièrement des conférences sur ce sujet à travers l'Europe, comme en octobre 2000 à Namur lors du colloque Autour de Herri Met de Bles, et a participé à la rédaction de plusieurs catalogues d'exposition. Elle poursuit actuellement des recherches sur la peinture et la gravure au XVIe siècle.

» disponible chez Amazon


        L'Art gothique : Architecture, Sculpture, Peinture
         de Rolf Toman

Les premières manifestations de l'art gothique apparaissent en Île-de-France vers 1140. Limité tout d'abord aux cathédrales et aux abbatiales les plus importantes de cette région, il s'étendit rapidement à la France entière, puis sur toute l'Europe, tout en passant du domaine purement sacré au monde profane, et même privé. Le gothique est la première époque de l'histoire de l'art pour laquelle nous possédons toutes sortes d'oeuvres, à commencer par les nombreuses cathédrales, abbatiales et églises, toutes très différentes, avec leurs vitraux de couleur, leurs peintures murales, leurs pièces d'orfèvrerie et leurs manuscrits enluminés. A côté de ces édifices sacrés se dressent les bâtiments publics, les châteaux forts et les palais, non moins variés, qui eux aussi témoignent des grandes réalisations artistiques.

La peinture gothique est apparue au XIIIème siècle quelque temps après le début de l'architecture et la sculpture gothique. Elle concernera tous les pays d'Europe et connaîtra son apogée en Italie au Trecento (années 1300).

Altichiero - Saint George libère la princesse


Cimabue - Saint François

Pendant la période gothique, la peinture se pratique sur 4 principaux supports :

Livres d'heures (livres de prières) : Ils contiennent des miniatures qui servent à la méditation/contemplation/dévotion privée. Chaque illustration délivre un message. Ces livres étaient des miroirs princiers idéaux.

Les retables : Ce sont de tableaux peints ou sculptés qui ornent les autels des églises. Ils sont apparus au XIIIe siècle. Les retables à plusieurs panneaux sont nommés polyptyque.

Tableaux de dévotion : Ils ornent églises et les maisons particulières.

Fresques : Elles ornent de grandes structures, notamment les voûtes des églises.

 

 

 

Giotto di Bondone - Le rêve d'Innocent III (1299)

L'artiste gothique cherche son inspiration dans la vie. Il y a plus de sentiments dans les œuvres gothiques. Parallèlement, la culture bourgeoise a amené une nouvelle élégance dans l'art. Il y a plus de détails narratifs, de fraîcheur, de couleur, de luminosité… : les techniques sont plus raffinées. C'est aussi le début timide d'une peinture profane, c'est-à-dire d'une peinture dont les sujets ne sont pas religieux. La peinture gothique a connu son apogée en Italie au XIVème siècle. Voir pré-renaissance italienne (Duecento et Trecento).


Artistes représentatifs :
Bonaventura Berlinghieri, Jacopo del Casentino, Segna di Buonaventure, Cimabue, Vitale da Bologna, Giotto di Bondone, Giusto de Menabuoi, Puccio Capanna, Altichiero, Bartolo di Fredi, Guariento di Arpo, Andrea da Firenze, Nino Pisano, Puccio di Simone, Nicolo da Bologna, etc..

 

 

Sano di Pietro - La flagellation de saint Jérôme